Que devons-nous faire ?

Publié le par Paroisse Leguevin

Que devons-nous faire ?

ANNEE A / 04° Dimanche de Pâques. Léguevin. 06 et 07 mai 2017

 

Dans la suite de la fête de Pâques, les lectures d'aujourd'hui nous parlent des premiers chrétiens. Et comme eux, nous nous demandons parfois : « Que devons‑nous faire ? Quelle est notre mission ? » La liturgie de ce jour réveille en nous cet appel et nous invite à rejoindre la prière de l'Eglise pour les « vocations » dont nous avons besoin aujourd'hui.

 

Mais voilà ! Quand nous entendons parler de « vocations », nous pensons peut‑être trop rapidement que cela concerne quelques personnes plus ou moins privilégiés, voire un peu extraordinaires alors que Pierre nous le rappelle dans la première lecture : « La promesse du don du Saint Esprit, est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont loin... que le Seigneur notre Dieu appellera ».  Nous sommes donc tous des « appelés » du Seigneur. Nous sommes tous appelés à une mission bien particulière que nous soyons couples, religieux, célibataires, jeunes, adultes….

Et cette mission, elle nous est confiée par le Bon Pasteur dont nous parle l'évangile de ce jour. Jésus nous éveille à ce qu'il est pour chacun et nous indique ce que nous pouvons être pour lui. Il est le Pasteur plein de Tendresse qui prend soin de son troupeau. Il se présente comme celui qui guide, indique le chemin, guérit, nourrit et donne le repos... celui qui connaît chacune de ses brebis et en prend soin.

A travers cette parabole, Jésus dit à chacun d'entre nous : « Tu existes... tu as du prix à mes yeux... je t'aime ! » (Cf Isaïe 43/4) Il appelle chacun par son nom, ce qui revient à dire que chacun a une « présence » sous un regard d'amour, regard qui le met en confiance et lui permet de marcher.

Pierre lui‑même ayant connu ce regard d'amour et de bienveillance, nous invite, dans la deuxième lecture, « à retourner (sans cesse) vers le berger, le gardien de nos âmes ». Effectivement, Dieu nous appelle et attend notre réponse, notre retour vers le Christ. Il attend que nous sortions de notre solitude pour nous ouvrir à nos frères, à leur vie, à leurs difficultés, à leurs espérances.

 

Devenus chrétiens par le baptême, nous ne pouvons plus demeurer indifférents à ceux qui sont nos frères ou nos soeurs. En ce qui concerne la vie chrétienne, chacun, à sa manière, est responsable des autres par l'aide apportée, par le service facilité, par l'attention bienveillante, par l'accueil chaleureux, par le réconfort efficace... sans oublier par la prière. Cette belle mission d’attention à l’autre est importante dans un couple où chacun est responsable de ce qu’il a apprivoisé, comme le suggère le Renard au Petit Prince.  

 

L'appel à suivre le Christ se manifeste au coeur‑même de l'existence. Lorsqu'un homme ou une femme se passionnent pour le Christ et sa mission, il leur faut trouver un chemin pour répondre à l'appel reçu. Et dans cette recherche, leur famille, leurs amis, et d'autres personnes encore ont à les accompagner et à chercher si c'est bien là que passe pour eux le chemin de la vie. Ainsi aidés, soutenus, éclairés, quelques uns - qui deviendront prêtres ou religieux - comprendront qu'ils sont appelés à consacrer leur vie pour le service du Seigneur et le service de leurs frères.

 

Mais n'oublions pas aussi qu'à chacun de nous, Dieu confie une mission personnelle pour que son règne vienne. Pour nous aider dans notre tâche le Christ nous devance. Il est toujours là, assez proche de nous pour que nous le sentions comme un berger qui nous éclaire et qui est pour nous semblable à un « grand frère » ...

Puissions-nous devenir à notre tour un « grand frère » pour l’autre et l’aider ainsi à répondre à notre interrogation : « Que devons-nous faire ? Quelle est notre mission ? » 

 

Commenter cet article