La place de chacun dans le Monde de Dieu !

Publié le par Paroisse Leguevin

La place de chacun dans le Monde de Dieu !

ANNEE A. 25° Dimanche du Temps ordinaire. Léguevin. 23 et 24 Septembre 2017

 

 

           Parcourant les médias, nous constatons :  

  • qu’au nom de la rentabilité et de bénéfices plus importants, on n'hésite pas à licencier des personnes...
  • que la place est aux «battants», aux perfor­mants...
  • que si on n'est pas « crocodile » ou « requin », on risque d'être éliminé…
  • que les petites gens n'ont plus guère de place dans notre société de profit et de bénéfices...

 

Tout autre est le monde proposé par Dieu...

Au fil des écrits des prophètes et des évangiles, le visage de Dieu qui nous est donné, nous rappelle que    « Ses pensées ne sont pas nos pensées et ses che­mins ne sont pas nos chemins ».

Ce que nous pourrions appeler le « Monde de Dieu », ou « Royaume des Cieux », est un Monde tout autre, toujours ouvert, d'où personne n'est exclu.

  • N'importe qui, à n'importe quel mo­ment de sa vie, peut dire : « Je veux faire un pas vers Dieu. »
  • N'importe qui, à n'im­porte quel moment de sa vie, peut dire : « Je veux faire quelque chose pour le ser­vice du Peuple de Dieu ».

Au regard de Dieu, et normalement au regard de l'Église, personne n'est définitivement figé... les changements, les progressions sont toujours du domaine possible.

 

Mais hélas ! Nous avançons avec dans nos mains, un immense classeur... Nous avons ten­dance à juger, cataloguer les personnes : « Untel est paresseux... Unetelle est orgueilleuse... Cette personne on ne peut pas compter sur elle... Cette autre personne ne veut pas écouter l’avis des autres… » Et lorsqu'une personne est empri­sonnée dans notre classeur, elle n'est pas prête de pouvoir s’en ressortir ! Pour Dieu, rien de tout cela.

Par Lui, toute personne est invitée à changer sa manière de vivre, de se com­porter... C'est le sens de la première lec­ture où Isaïe nous invite à nous mettre à la recherche et à l'écoute de Dieu : « Que le méchant abandonne son chemin, et l'homme perfide, ses pensées, dit Isaïe, qu'il revienne vers le Seigneur qui lui montrera sa miséricorde, lui qui est riche en pardon. » Pour Dieu, personne n'est repoussé, figé, classé. Toute personne peut prendre conscience de son mal et décider de chan­ger sa manière de penser et de vivre.

L'histoire du Peuple de Dieu est riche en personnes qui, à un moment de leur vie, ont radicalement changé, à commen­cer par saint Paul…en poursuivant avec St Augustin, François d’Assise, Charles de Foucauld….

 

Pour Dieu, il n'y a pas de gens « non rentables ». Cha­que personne a sa place et sa valeur. C'est le sens de l'évangile de ce jour : à n'im­porte quelle heure de notre vie, qui que nous soyons, nous pouvons nous mettre en marche, faire quelque chose. Pour Dieu, ce que nous pouvons faire, compte moins que ce que nous pouvons être ou devenir. Ce qui compte, ce n'est pas le point de départ, mais l'arrivée.

On se lamente souvent, sur la diminu­tion, en France, du nombre des prêtres : c'est certes un risque pour les communautés chrétiennes, mais c'est aussi une chance, car cela permet à beaucoup de chrétiens de prendre leur place dans l'Église.

On est émerveillé de voir la capacité de certaines personnes à sortir de leurs habi­tudes, à prendre leur distance par rapport à une éducation reçue, pour assumer des responsabilités et prendre des initiatives. Combien de fois arrive-t-il d'entendre des personnes dire : « L'an prochain, j'aurai atteint l'âge de la retraite profes­sionnelle. Je serai disponible pour accom­plir des tâches, par exemple prendre un groupe d'enfants pour le catéchisme ou assurer une présence auprès de personnes souffrant d’un deuil dans leur famille.» Plus on avance, plus on peut dire : « L'Eglise, le Peuple de Dieu, c'est nous »

 

On constate que cette parabole de Jésus, racontant les ouvriers de toutes les heures, se réalise encore aujourd'hui. Reste une question : Combien de personnes n'osent pas se proposer !

                                                  Combien de personnes à qui on n'a rien demandé parce qu'on ne les croit                                                     pas capables !

En ce début d’année scolaire, en cette eucharistie, gardons confiance et présentons au Sei­gneur tout ce qui se vit, se réalise, tout ce qui se vivra et se réalisera dans le Peuple de Dieu pour que l’Eglise soit toujours plus présente dans le monde d’aujourd’hui et pour que l’Evangélisation se fasse dans l’Unité, l’Amour et la Paix !

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article