Qu'ai-je fait de la vigne du Seigneur ?

Publié le par Paroisse Leguevin

 

 

 

            Une vigne ne se cultive pas, elle s’élève avec beaucoup de soins. Il faut tout d’abord débroussailler un terrain, le défoncer pour ameublir la terre, choisir les plants les mieux adaptés au terroir… Ensuite il faut planter les ceps, sarcler régulièrement pour éliminer les mauvaises herbes, tailler au moment  voulu, émonder les branches nuisibles ou inutiles, veiller à ce que des maladies ou des parasites ne s’installent pas… Et que dire de cette attente impatiente du moment des vendanges avec la crainte qu’un orage ne vienne tout ravager en quelques minutes.

 

On comprend aisément que le prophète Isaïe évoque pour son ami le « chant du bien-aimé à sa vigne », faisant allusion à cet homme qui n’a ménagé aucun effort pour l’entretien de sa vigne. Les relations du vigneron envers sa vigne, les sentiments qu’il éprouve à son égard, sont proches des attentions et des sentiments  qu’un homme éprouve pour son enfant, pour son épouse.

Isaïe a du passer du temps à observer les vignerons pour parvenir ainsi à évoquer les relations et sentiments de Dieu pour son peuple par cette parabole du vigneron et de sa vigne. Mais hélas tpit n’est pas aussi merveilleux dans le monde : des mésententes, des conflits… ça existe. Des personnes qui ne parlent pas, ça existe…

Si Dieu attendait de son peuple, droit et justice… par l’intermédiaire du psalmiste, l’homme reconnaît ses torts et implore Dieu de revenir visiter et protéger sa vigne en lui accordant la grâce de la conversion. 

 

Comme Isaïe, Matthieu nous présente un Dieu qui a des attitudes passionnelles. Notre Dieu n’est pas un bloc de marbre ; il n’a pas un cœur de pierre. Il n’est pas un être impassible et insensible ; il est une personne qui vit et vivre, qui aime et se passionne, qui fait confiance et se donne. Il veut que son Peuple grandisse, « fructifie » et devienne partenaire, un semblable à Lui selon son vœu initial au moment de la création quand il proclame « faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance ». (Genèse 1/26)

                Il souffre quand il voit son peuple se détourner de lui et ne pas répondre à son amour. Oui c’est un Dieu qui vit, réagit, frémit et s’interroge : « Pouvais-je faire pour ma vigne plus que je n’ai fait ?  J’attendais de beaux raisins, pourquoi en a-t-elle donné de mauvais ? »

 

Quand Matthieu écrit son évangile vers l’an 80 après la ruine de Jérusalem et de son temple par les armées romaines, les autorités juives ont rendu les chrétiens responsables de leurs malheurs, les chassant de leurs assemblées, les persécutant même. Face à cette accusation, les chrétiens, partis vers les pays voisins ou lointains, ont implanté et fait grandir les jeunes Eglises.

Cette parabole est toujours d’actualité ! Le Royaume de Dieu nous a été confié pour que nous lui fassions produire du fruit et du bon fruit. Peut-être avons-nous enfoui les trésors que nous avons reçus du Seigneur  au lieu de les mettre au service de tous.

Soucieux d’appartenir au peuple qui fera produire du fruit à la vigne, gardons-nous de retomber dans les erreurs de jadis : en particulier l’orgueil qui peut donner l’illusion au gérant d’être propriétaire. C’est ce qui se passe lorsque l’Eglise (et chacun de ses membres) ne médite plus la Parole de Dieu comme s’adressant d’abord à elle. Elle se considère comme appartenant au groupe des « purs », des « gens bien », de ceux qui savent, qui conseillent ou dirigent, et elle fait sentir son pouvoir.

Au contraire, le Royaume de Dieu n’est pas du domaine de la possession et de l’avoir, mais de l’attente et de l’accueil. Serviteurs du Maître de la vigne, demeurons en communion avec le Christ « la pierre angulaire »

En cette Eucharistie, que le Seigneur nous donne de comprendre ce qu’Il attend de nous.

Qu’il nous aide à être responsable du don qu’Il nous a confié.

Qu’il mette en nous un peu de cette ardeur qui poussait les apôtres et les missionnaires à                         voguer vers le grand large.

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article