"Aimez vos ennemis" : quel défi pour nous tous !

Publié le par Paroisse Leguevin

Frères et soeurs,

Lors des préparations du baptême des petits-enfants, nous prenons un temps d'échange avec leurs parents à partir de petites phrases qu'ils sont invités à choisir parce qu'ils les apprécient ou parce qu'ils ne les apprécient pas. Il en est une qui revient souvent parce qu'elle rebute. C'est " Aimez vos ennemis". Voilà l'Evangile de ce dimanche.

Autre fait : Quand j'étais en Afrique, je me souviens qu'un jour, lors de la messe dans un petit village et que nous partagions très simplement, j'avais demandé à un adulte converti ce qui avait changé radicalement pour lui en devenant chrétien. Il avait répondu : "le chrétien, il pardonne" ; dans nos coutumes, le pardon n'existe pas comme Jésus le demande". Voilà encore l'Evangile de ce dimanche.

Mettre en pratique les paroles de Jésus dans cet Evangile, quel défi pour nous tous ! Qui que nous soyons ou que nous vivions, ces paroles bousculent nos manières de vivre et d'agir. Elles vont bien au-delà des classiques commandements de Dieu, pourtant déjà exigeants. Elles nous renvoient aux témoignages de Gandhi, de Martin Luther King et de tant d'hommes et de femmes vivant les chemins de la non-violence.

L'actualité de notre monde et de notre pays nous donne des images malheureusement trop violentes. Qui sera resté insensible aux actes d'antisémitisme dont il a été tant question cette semaine ? Et les exemples abondent autour de nous jusque dans notre Eglise catholique.

Et nous, chrétiens, comment accueillons-nous ces appels de l'Evangile ? Préférons-nous retourner la croix de Jésus à la manière de Don Camillo pour nous dérober ? Avons-nous peur d'être des signes de contradiction ?

Jésus nous provoque : si vous aimez ceux qui vous aiment, que méritez-vous ? Même les pécheurs en font autant. Jésus place la barre très haut "Soyez miséricordieux comme notre Père est miséricordieux". Rien que çà. " Etre miséricordieux comme le Père du ciel". Aimer comme lui, pardonner comme lui, donner à qui demande.

Jésus nous donne la règle d'or : " Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux". Règle très simple à retenir qui, si elle était appliquée, pourrait changer tant nos rapports avec les autres.

Nous sommes souvent choqués par certains passages violents de l'Ancien Testament ; pourtant aujourd'hui, la première lecture évoquait la décision de David : il n'avait pas voulu profiter de sa supériorité pour neutraliser définitivement Saül qui le traquait avec ses hommes. Par sa non-violence, il prit le dessus et il respecta celui que le Seigneur avait choisi comme messie.
Jésus était de la descendance de David, mais St Paul nous dit qu'il venait du ciel et que nous avons à être à son image. "Soyez miséricordieux comme votre Père du Ciel". Alors comment aller dans ce sens ?

Aimer nos ennemis. Ennemi, le mot est fort, autant bien le comprendre. Jésus lui-même précise : ceux qui vous haïssent, ceux qui désirent du mal de vous, ceux qui vous calomnient, disons dans notre langage, ceux qui me critiquent, ceux qui m'agacent, ceux qui ne sont pas d'accord avec moi, ceux qui m'agressent par leur manière de penser, de parler, de prier, ceux qui ne sont pas de ma catégorie sociale ou du même syndicat ou parti. En ce sens-là, je ne manque pas d'ennemis.

Maintenant, tendre la joue, ne pas refuser une tunique, ce genre d'expression n'est pas à prendre à la lettre, ce sont là des expressions de langage de son milieu utilisées par Jésus. Il nous faut examiner les attitudes  correspondant aux agressions dont nous sommes l'objet en notre temps. Nous savons comment Jésus a répondu, en particulier lors de sa passion. La règle d'or, à nous de l'expliquer aujourd'hui " ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux". Aimons ceux qui ne nous aiment pas, aimons sans frontières, sans limites. Partageons nos biens parce que l'amour va jusque là.

Notre Eglise traverse de rudes moments : films, livres, reportages dénonçant de graves abus commis par les nôtres, au moment même où le Pape et des évêques du monde entier prennent à bras le corps ces douloureuses questions. Nous pouvons nous sentir agressés, blessés, que nous soyons prêtres ou laïcs. La Parole de Dieu de ce dimanche nous invite à réagir, à agir comme Dieu lui-même. Il est amour, miséricorde, pardon. Soyons et restons à son image.... Quitte à partager sa passion, la passion de Jésus pour les blessés et les pécheurs, cette passion qui l'a conduit au don de sa vie, pour que la vie jaillisse de sa mort. Cela nous le célébrons dans l'Eucharistie, nous communions à sa passion, à sa mort et à sa résurrection. Qu'il reste à nos côtés, au delà de cette messe, pour qu'à notre tour, nous devenions reflet de la miséricorde de Dieu.

Père Jean Marie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article