Accueillir ! Se laisser accueillir !

Publié le par Paroisse Leguevin

Accueillir ! Se laisser accueillir !

ANNEE A.  13°  Dimanche du Temps Ordinaire. Léguevin. 27 et 28 juin 2020

 

 

Accueillir ! Ce mot évoque une porte qui s’ouvre, une main qui se tend, un sourire de bienvenue, une amitié qui s’offre… Tout au long de sa vie, Jésus lui-même ouvrait la porte de son cœur, tendait les mains pour soulager, offrait un sourire amical à ceux qui l’attendaient…

            Par cet accueil, son amitié offerte à tous, Jésus révélait l’amour et la tendresse de Dieu qui s’offrent à tous les hommes, aux juifs comme aux étrangers, aux riches comme aux plus démunis. Notre Dieu révélé par Jésus est le Père de tous les hommes, sans distinction de races, de cultures… de croyants ou d’incroyants… Sa paternité s’étend à tous les peuples du monde. Notre Dieu s’intéresse encore aujourd’hui à notre voisin mécréant comme aux bons pratiquants du dimanche. Dieu ne nous appartient pas ; il appartient à tout homme qui le cherche, à tout homme qui doute et qui aspire à la lumière.

 

            De même que Jésus, tout au long de sa vie, a révélé la tendresse de Dieu pour tous les hommes, de même maintenant, c’est l’Eglise, c’est-à-dire nous qui sommes chargés de poursuivre la mission du Christ.

            C’est à nous que revient cette mission d’accueillir. Et les vacances sont un temps privilégié de l’accueil. A travers les voyages, les séjours en montagne ou à la mer, les déplacements en France ou à l’étranger - si nous le pouvons en cette période de pandémie - … nous rencontrons beaucoup de personnes, très différentes les unes des autres. Il y aura les pauvres, les riches, les mal-aimés, les nantis, les malades, les bien-portants… Comme pour le Christ, l’accueil se doit à tous les autres sans distinction. 

            D’une certaine manière, ce sont les autres qui nous accueillent en premier dans leur région, dans leur pays ! Plusieurs se préoccupent de notre bien-être pour que nos différents séjours se passent bien. Ils sont contents de nous accueillir chez eux… Ce sont eux qui nous surprennent parfois par leurs coutumes, leurs façons de penser, de vivre… Habitués à notre vie agitée de citadins, il nous est parfois difficile de nous mettre au rythme lent de la campagne.

            A nous de savoir les accueillir en les respectant même si nous ne comprenons pas toujours leurs attitudes… Les accueillir ce sera leur montrer, leur prouver notre joie de vivre en acceptant la leur. Parfois, certes, il y aura des difficultés de supporter celui qui ne joue pas le jeu du partage, qui se plaint toujours de ce qui lui est proposé et souhaiterait faire autre chose… L’accueillir, ce sera comme l’a fait le Christ avec les disciples d’Emmaüs, accepter de faire un bout de chemin avec lui, en l’écoutant, en l’aidant, en le supportant… et parfois tout simplement en respectant son silence !

Ainsi donc, il me faut

            Accueillir les autres qui me sont étrangers !

            Accueillir les voisins immédiats que je crois connaître !

            Et enfin accueillir Dieu dans ma vie de tous les jours !

 

            Un dicton nous le rappelle : « Il n’y a pas de vacances pour le Bon Dieu ! » Et le changement de rythme que m’offrent les vacances, peut m’aider à accueillir Dieu dans le silence, le recueillement, la méditation. N’hésitons pas à prendre du temps pour passer du temps avec Dieu. Et les occasions ne manquent pas de s’émerveiller devant la nature, devant un coucher de soleil ou une belle nuit étoilée… N’hésitons pas à entrer dans une église non seulement pour la visiter mais aussi pour y rencontrer Dieu et lui parler.

            Le changement de rythme de nos vacances nous donne bien souvent la possibilité de lire. La Bible aura-t-elle une place privilégiée dans les livres que nous emporterons ? Préparer et méditer les textes du dimanche ne peuvent qu’enrichir notre accueil de Dieu !

            Enfin, n’oublions pas que Dieu ne se trouve pas dans les nuages mais dans le visage de ceux que nous rencontrons. Le Christ nous le rappelle : « Qui vous accueille m’accueille ». Notre regard est-il assez bienveillant pour reconnaître la présence de Dieu et de Jésus en nos frères ?

 

Accueillir, se laisser accueillir : deux facettes d’une même exigence. A nous de les vivre au mieux durant cette période de vacances !

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article