Nos choix de vie !

Publié le par Paroisse Leguevin

Nos choix de vie !

ANNEE A / 17° Dimanche du Temps Ordinaire.    25 et 26 Juillet 2020

 

 

Dans la première lecture, le Seigneur dit à Salomon : « Demande ce que je dois te donner ». Imagi­nons que le Seigneur pose à chacun de nous la même question aujourd'hui. Sérieusement, quelle serait notre réponse ? Quelle est la chose qui pour nous en ce moment a le plus de prix ? a le plus de valeur ? Quel serait notre choix ?

 

            Certes, nous voudrions bien tout avoir en même temps : - la santé nous donnant la possibilité d’une multitude d’activités, - une profession pas­sionnante et les qualités nécessaires pour l'exercer avec compétence et utilement, - une fa­mille heureuse et unie, - l'argent nécessaire et même un peu plus, - des enfants heureux, épanouis, - une foi solide à toute épreuve - etc etc

 Mais la vie nous oblige souvent à faire des choix : nous ne pouvons pas tout avoir en même temps. Alors qu'est‑ce qui pour nous est le plus impor­tant ? Quel est le bien pour lequel nous sommes prêts à sacrifier le reste afin de le conserver ?

            Et nous en revenons à la parabole de l'évangile d'aujourd'hui : «  un homme va vendre tout ce qu’il possède » pour acheter un champ dans lequel il a découvert un trésor, ou encore « l'hom­me qui vend ce qu'il possède pour acheter une perle de grande valeur ». Le royaume des Cieux, nous dit Jésus, est un bien tellement précieux que ceux qui l'ont découvert sont prêts à tout perdre pour le posséder ...

 

            Jésus lui-même a fait des choix importants dans sa vie. Ainsi il a toujours préféré la volonté de son Père à ses désirs personnels. Pour réaliser sa mission, nous le voyons souvent en prière, dans les moments importants de sa vie, pour ac­corder sa volonté à celle de son Père.

            Il a choisi la condition de celui qui sert plutôt que la place de celui qui est servi. Et l'un des derniers gestes qu'il ose au milieu de ses disciples, c'est celui du lavement des pieds, fait habituellement par les serviteurs.

            Il a également choisi de ne jamais laisser entrer en lui le moindre sentiment de haine. Souvenons-nous de sa prière adressée à son Père pour ses bourreaux : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23/34)           

 

Mais il y a des choix qu'il a refusé de faire parce qu'ils auraient été contraires à son annonce du royaume… -  Quand on lui demande de ne pas fréquenter les pécheurs, il va dîner chez eux. - Quand on lui demande de respecter une loi du sabbat que les hommes ont déformée, il guérit un mala­de. - Et quand il va dans les villages de Palestine, on le voit souvent avec les plus pau­vres et les plus délaissés : les mendiants, les boiteux, les lépreux. - Jamais il n'acceptera de se laisser enfermer dans une classe ou un milieu quelconque : le même Jésus que l’on voit chez les pauvres se fait inviter chez le riche percepteur de Jéricho, va chez l'officier romain, et c'est un membre du grand Conseil du Sanhédrin qui lui prê­tera son tombeau.  

           

          Et pour nous, dans notre vie, nos choix seront‑ils les mêmes que ceux de Jésus ? Aimer, pour nous aujourd'hui, qu'est‑ce que cela veut dire ?

            Il nous faut regarder no­tre situation : là où Dieu m'a placé, avec les qualités qui sont les mien­nes, avec les gens qui m'entourent, qu'est‑ce que Dieu attend de moi pour la construction de son royaume ? Souvenons-nous de ce que propose St François de Salles : « Fleuris là où tu as été semé ! »

            Il y a peut‑être un secteur de ma vie où l'amour est un peu étouffé : quel est le trésor pour lequel je pourrais tout sacrifier ? Quelle perle vais-je mettre en valeur dans ma vie ?

            Peut‑être y‑a-­t‑il des personnes ou des occupations ou des biens auxquels je me suis attaché et qui m'empêchent de laisser grandir cet amour ? Dans le silence de mon cœur suis-je prêt à chercher le vrai bonheur ?

            Et puis, la parole de Dieu nous rappelle que cette décision est urgente. En effet, quand le Christ viendra pour rassembler tous les hommes autour de Lui, il fera un peu comme le pêcheur de la parabole de ce jour : il ramènera son filet à terre, et conservera « ce qui est bon et rejettera ce qui ne vaut rien ». Et la valeur sur laquelle Dieu nous jugera, sera  l'Amour :

                                                        Amour de Dieu ! Amour pour Dieu !

                                                         Amour des autres ! Amour pour les autres !

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article