A l’exemple de Pierre faisons confiance au Christ et suivons-le !

Publié le par Paroisse Leguevin

A l’exemple de Pierre faisons confiance au Christ et suivons-le !

ANNEE A. 21° Dimanche Ordinaire. Léguevin. 22 & 23 Août 2020

 

 

          « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église. » Cette parole de Jésus est restée célèbre parce qu'elle annonçait la mission de Simon comme premier responsable de la communauté des disciples de Jésus que l’on nomme Eglise. . Et depuis des siècles, les successeurs de Pierre à Rome, ceux que nous appelons les papes, ont continué à assumer avec plus ou moins de talent, de génie, de sainteté ou de misère, la mission reçue de Jésus, Fils de Dieu fait homme pour sauver tous les hommes.

 

            Malgré l'éloignement des siècles, Pierre nous paraît très proche, l'un de nous, comme nous. Le Christ l'a choisi pour ami et n'a pas hésité à lui confier la tâche de continuer son oeuvre et même de devenir celui sur qui les autres apôtres pourraient s'appuyer.

            Lorsque Jésus appelle « Simon fils de Jean », c'est un homme parmi tant d'autres, tout ordinaire, avec une famille et un métier, un pêcheur du lac de Tibériade. Il est généreux et prompt à répondre à l'appel de celui en qui il reconnaît « le Messie, le Christ, le Fils du Dieu vivant ». Il a du courage, il n'hésite pas à sauter à la mer ou à tirer son épée.

            Mais malgré le nom de « Pierre » que Jésus lui donne (Pierre c'est‑à‑dire le Roc solide sur lequel on peut bâtir), il n'est pas sans faiblesse. Il garde une certaine crainte devant les conséquences de ses actes, parfois une peur aussi impulsive que son courage. Ainsi après l'arrestation de son Maître bien‑aimé, il a l'audace de le suivre jusque dans la cour du Grand Prêtre, mais il ne tient pas le coup, il le renie honteusement. Heureusement il suffit d'un regard de Jésus pour qu'il prenne conscience de sa trahison.

 

            Nous le retrouvons après Pâques, confronté avec Jésus ressuscité qui lui demande trois fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » On devine son embarras, mais aussi sa sincérité profonde dans la façon dont il répond : « Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t'aime » (Cf Jn 21/17). L'amour de Pierre ‑ cet amour à la fois sérieux parce qu'il aime vraiment son Maître, et fragile parce qu'il ne sait pas aller jusqu'au bout de sa propre logique - cet amour, donc, repose avant tout sur l'amour que Jésus lui a donné ainsi qu’à tous les siens : « Ce n'est pas vous qui m'avez choisi et aimé, c'est moi qui vous ai choisis et aimés le premier. » (Cf Jn 14/16) En définitive, c'est cet amour qui a donné son sens à toute la vie de Pierre et même à sa mort. Des traditions rapportent qu'il aurait été crucifié, comme Jésus mais la tête en bas en signe d’humilité devant son Maître.

 

            « Pour moi, vivre c'est le Christ », a dit saint Paul. (Ph 1/21) C'était vrai aussi pour saint Pierre. Ce devrait l'être pour chacun de nous tous. Car ce que le Christ a fait pour Pierre, il peut et veut le faire pour nous. Nous ne sommes ni des génies, ni des héros. Mais la question de Jésus nous est toujours posée : « Pour toi qui suis‑je ? » c'est‑à-dire : Quelle place est‑ce que j'ai dans ta vie ? Qu'est‑ce que je représente pour toi ? Que dis‑tu de moi ? Qu'est‑ce que tu veux faire pour moi ou avec moi ?

           

            Il ne faut pas trop nous hâter de répondre. Vivre en disciple du Christ ne consiste pas seulement à se livrer à un élan du coeur, c'est servir ses frères, c'est donner sa vie quotidiennement, et cela engage beaucoup. Chacune de nos vies contient des faiblesses, des erreurs, peut‑être même des reniements.

            Le Christ, lui, est fidèle. Et ce qu'il a dit à ses apôtres, il nous le redit chaque jour : « Confiance, c'est moi, n'ayez plus peur ! » Puissions‑nous répondre comme Pierre lorsqu'il s'est élancé sur l'eau du lac: « Seigneur, ordonne‑moi de venir vers toi et surtout prends‑moi par la main. » (Cf Mt 14/27-28)

 

 

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article