Le dire et le faire !

Publié le par Paroisse Leguevin

Le dire et le faire !

ANNEE A.  26° Dimanche du Temps ordinaire.  Léguevin. 26 & 27 Septembre 2020

 

 

« Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne. » Voilà une phrase que Dieu nous dit chaque jour. Cette vigne, c’est le monde, l’humanité tout entière qui doit devenir « Royaume de Dieu », c’est-à-dire monde de paix, de justice et de fraternité… monde où l’on est heureux de vivre ensemble même entre gens très différents.

     A chacun de nous, Dieu confie un espace de sa vigne : c’est notre famille, nos voisins et amis, nos collègues de travail, notre paroisse… ces sont les groupes, services et mouvements dont nous faisons partie… c’est le territoire de nos rencontres quotidiennes.

     Nous en sommes responsables et nous devons y apporter un peu de la lumière du Christ. Qui que nous soyons, nous pouvons « mettre de l’amour où il y a de la haine ; du pardon là où il y a de l’offense ; de l’union là où il y de la discorde ; de la vérité là où il y a de l’erreur ; de la foi là où il y a du doute ; de l’espérance là où il y a du désespoir ; de la lumière là où il y a des ténèbres ; de la joie là où il y a de la tristesse ! » (Prière de Saint François d’Assise)

 

     « Va travailler à la vigne » Quelle sera ma réponse ? Quelle sera mon attitude ? Attention ! Ce qui importe aux yeux de Dieu, ce n’est pas ce que je dis, mais ce que je fais. Dans  la parabole des deux fils, le premier avait répondu à son père : « Je ne veux pas », et finalement il y est allé. Le second avait répondu « Oui, Seigneur ! » et il n’y est pas allé. Il ne suffit pas de dire, il faut faire.

     De belles paroles, de beaux discours, de belles déclarations… nous en entendons tous les jours. Des promesses, des paroles données, des engagements verbaux… nous en connaissons. Mais ce qui compte, c’est ce que nous faisons, ce sont nos actes, notre façon de vivre, nos solidarités avec les autres… N’oublions pas que nous sommes tous envoyés à la vigne !

     Dès notre baptême, nous sommes tous appelés – quel que soit notre responsabilité, notre rang social, notre âge – à bâtir là où nous sommes, avec le moyens et les disponibilités que nous avons… oui nous sommes appelés à construire un monde où règnent l’Amour, la Justice, la Vérité, le Partage…

    

     La tâche est immense… Il faut des adultes, des parents pour soutenir les efforts entrepris dans l’éducation et la formation des jeunes… Il faut des hommes et des femmes, des adultes et des jeunes pour entourer tous ceux qui souffrent dans leur cœur et dans leur corps… Il faut des hommes et des femmes pour apporter leur soutien à ceux qui désespèrent de notre temps… Il faut des « bonnes volontés » pour animer nos quartiers, nos immeubles, notre paroisse, notre commune, nos associations... Il faut des bénévoles pour soutenir ceux qui agissent déjà pour un monde plus juste, plus tolérant, plus paisible… Il faut des hommes des femmes persévérants pour lutter contre les misères et les souffrances cachées…

 

     Bref, bien des possibilités d’action s’ouvrent à chacun d’entre nous et ainsi chacun de nous, selon ses capacités et ses disponibilités, peut remplir au mieux la « page blanche » qui lui est proposée en ce mois de rentrée.

     Au cours de cette eucharistie, n’hésitons pas à confier dans le secret de nos cœurs, les intentions de tous ceux que nous connaissons et qui ont besoin d’être aidés et soutenus par notre présence auprès d’eux.

 

     Comme le père demande à ses fils de travailler à la vigne, Jésus nous demande de travailler à sa vigne. Que lui répondrons-nous ?

« Non, j’ai d’autres priorités, on verra, peut-être, quand j’aurai le temps, lorsque je serai retraité ? »

Souvenons-nous qu’il n’est jamais trop tard pour nous raviser et nous présenter au vignoble de la mission. 

Que notre non se change en oui.  Et que notre oui demeure un oui.

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article