Recherchons la fraternité !

Publié le par Paroisse Leguevin

Recherchons la fraternité !

ANNEE A  23° Dimanche  du Temps Ordinaire.  Léguevin. 05 et 06  Septembre 2020

 

 

Nous sommes en période de rentrée : c’est la reprise du travail et des activités diverses dans lesquelles nous sommes engagés. La rentrée ! Mot magique qui ne nous demande pas de rentrer dans nos vieilles habitudes, de rentrer en nous-mêmes, mais au contraire de repartir dans notre vie chrétienne, paroissiale et ecclésiale… avec peut-être de nouvelles orientations, surtout en cette période pandémie !

            Attention ! la vie chrétienne est essentiellement communautaire : nous ne sommes pas chrétiens « chacun pour soi ! » Nous sommes chrétiens ensemble : chacun a besoin des autres, et la communauté chrétienne toute entière a besoin de chacun de ses membres, mettant ainsi en pratique le commandement du Christ : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », car notre « premier » prochain, n’est-ce pas chacun de nos frères chrétiens avec qui nous vivons, avec qui nous prions et communions chaque dimanche ?

 

            Comment assumer cette responsabilité mutuelle ? Dans le premier texte, celui d’Ezéchiel, Dieu nous dit : « Je fais de toi un guetteur ». Un guetteur ? C’est celui qui fait le guet, qui est attentif à tout ce qui se passe et à tout ce qui peut arriver, afin d’en avertir les autres, de donner l’alerte en cas de danger, et d’apporter les remèdes ou les secours nécessaires. C’est un peu non seulement le rôle du Conseil Paroissial de Léguevin, mais aussi de chacun de nous !

            Le Christ redit encore à chacun d’entre nous : « Sois attentif à tes frères ! … surtout aux plus fragiles, matériellement ou spirituellement. Sois attentif à cette ambiance d’amitié, d’accueil fraternel, de charité joyeuse qui doit être le propre de toute communauté chrétienne. La communauté chrétienne dont tu fais partie sera ce que chacun la fera : unie, fraternelle, dynamique et chaleureuse… ou au contraire : anonyme, amorphe, froide et somnolente… »

 

            Il en est ainsi pour les rassemblements eucharistiques. Nous ne venons pas à la messe chacun pour soi, [même si c’est Dieu pour tous] comme nous allons faire nos courses ou comme nous allons au cinéma. Nous y allons pour rassembler l’Eglise locale, pour refaire, à travers nous, le lien entre Dieu et tous les gens de notre secteur, de notre commune ou de notre quartier. N’hésitez pas à rassurer ceux et celles qui, depuis le confinement, n’osent pas revenir à l’église.

            Une belle célébration n’est pas simplement l’affaire du prêtre, des musiciens ou de l’animateur. Une belle célébration  n’est pas qu’une question de rites à observer avec de beaux chants. Non ! C’est surtout la marque de l’amour et de l’esprit de partage mutuel entre tous ceux qui sont présents.

            Alors si j’arrive en retard, si je repars avant la fin, je blesse un peu cette notion de partage fraternel. Si je suis absent par simple négligence, c’est un manque d’amour vis-à-vis du Seigneur et vis-à-vis des autres chrétiens, mes frères. Si je laisse des places vides entre moi et les autres, je me coupe de la communauté. Mais évidemment respectons, malgré tout, les distanciations nécessaires aux consignes sanitaires.

 

            Mais attention, une communauté chrétienne ne vit pas seulement de la messe. Elle vit aussi à travers les mouvements et les groupes dans lesquels nous agissons. C’est le meilleur moyen de ne pas rester isolé dans la communauté : dans un petit groupe, nous sommes reconnus, nous nous connaissons, nous agissons ensemble, chacun étant amené à donner, à apporter quelque chose, à se donner lui-même tout en recevant des autres. Ensemble, nous pouvons bâtir la Paix nécessaire à notre monde qui a besoin d’amour…

            Il y a les mouvements et les groupes au service de la communauté chrétienne, mais il y a aussi ceux dont l’action et les engagements sont davantage orientés sur le monde extérieur, sur le quartier, la commune, les problèmes du travail ou de la cité. La communauté chrétienne ne doit pas être repliée sur elle-même mais doit rayonner au dehors : elle doit se soucier des « périphéries » et agir pour plus de justice, de tolérance, de paix… pour moins de divisions, de misères et de souffrances… En cette période de pandémie, les occasions ne manquent pas pour faire preuve d’amour mutuel !

 

            Etre un membre vivant de la communauté chrétienne, c’est être attentif à tout cela, proposer des initiatives pour améliorer le monde dans lequel nous devons être « le levain dans la pâte » pour reprendre une expression biblique. Que chacun de nous, en cette période de rentrée, se pose très sérieusement la question  suivante :

Etant donné mes possibilités, mes compétences, le temps dont je peux disposer…

où et avec qui pourrai-je m’engager pour assumer mes responsabilités de chrétien 

non seulement dans la paroisse mais aussi dans ma famille, mon quartier, ma commune ?

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article