Suivre le « premier de cordée » en aimant Dieu et son prochain comme soi-même!

Publié le par Paroisse Leguevin

Suivre le « premier de cordée » en aimant Dieu et son prochain comme soi-même!

Année A / 30° Dimanche du Temps Ordinaire. Léguevin   24 & 25 Octobre 2020

 

Les lectures de ce dimanche nous rappellent que l’essentiel de notre foi, c’est de pratiquer l’amour de Dieu et de notre prochain.

 

  Dans sa lettre, Paul félicite les Thessaloniciens parce que, leur dit-il, « vous nous avez imités, nous et le Seigneur », ce dernier jouant, en quelque sorte, le rôle de « premier de cordée ». Pour les Thessaloniciens, la « foi en Dieu » est d'abord présentée comme une conversion : quitter une manière de penser et d'agir pour « servir le Dieu Vivant et Véritable ». Les idoles auxquelles ils ont tourné le dos ne devaient pas être simplement quelques statues de faux dieux... Ils ont compris que le véritable trésor n'est pas seulement la réussite de la vie terrestre, que les biens matériels ne sont pas le seul but de la vie d'un homme.

Nous‑mêmes, ne sommes‑nous pas encore attachés à certaines idoles : l'argent et l'appât du gain, la considération et le faire‑valoir, la voiture que nous vénérons et « bichonnons », la télévision dont nous ne pouvons plus nous passer, notre smartphone qui ne nous quitte jamais ... Notre conversion nécessite toujours un départ, un renoncement. Pour suivre le Christ, il nous faut toujours quitter certaines choses. Nous regardons le Seigneur, nous lui parlons... mais savons‑nous le suivre, faisons-nous confiance à notre « premier de cordée » ?

 

La deuxième chose que saint Paul souligne est la « joie de l’Esprit Saint » qui anime les chrétiens. Les Thessaloniciens ne vivaient pourtant pas dans le paradis terrestre : des soucis, ils devaient en avoir autant que nous ! D'ailleurs Paul reconnaît qu'ils ont subi « bien des épreuves ». Mais l'une des caractéristiques de leur vie chrétienne était « d’accueillir ces épreuves avec la joie de l’Esprit Saint ».

Nous‑mêmes, nous vivons, dans un monde difficile où les médias ne nous invitent pas à nous réjouir, où les situations de ceux et celles qui sont à nos côtés ne sont pas toujours enviables et où nous sommes nous‑mêmes ballottés par des coups durs et des incertitudes... Si l'Evangile est réellement une Bonne Nouvelle, ceux qui l'ont entendu ne doivent pas être sans espérance et sans joie ! Si nous voulons que notre foi devienne contagieuse, il faut qu'elle soit vécue dans la joie.

 

Ainsi donc, être chrétien, c’est « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ! ». C’est donc non seulement aimer Dieu, mais aussi nos frères, c'est non seulement servir Dieu, mais aussi nos frères. C’est accepter de suivre le même chemin que le Christ notre « premier de cordée » !

Et notre conversion ne sera vraie que dans la mesure où notre vie sera en accord avec nos paroles. Nous sommes venus aujourd'hui chanter Dieu comme créateur et maître du monde, le prier comme Père de tous les hommes et de toutes les nations, l'acclamer comme source de toute vie : nos paroles devront se traduire dans notre manière de vivre cette semaine : saurons‑nous reconnaître en tout homme un frère, enfant du même Père que nous ?

 

Afin de ne pas nous contenter de généralités, le texte de l'Exode, la première lecture de ce dimanche nous propose, entre autres évidemment, deux points d'attention pour vivre l'amour du prochain.

 

    •  Les opprimés et les exploités de notre société rencontrent‑ils dans notre communauté aide et      protection, défense de la justice et amour fraternel.
    •  Le parti‑pris de Dieu pour les exploités et les gens sans défense nous provoque‑t‑il à      travailler pour la justice, le respect de tout homme, quelle que soit sa race, sa nationalité ou       sa situation sociale ? Avons-nous le souci de les écouter et de leur donner la parole ?

 

Ainsi donc, mes frères, ouvrons nos yeux et transformons notre regard. Dieu prend visage d’homme : petit, pauvre, malade, prisonnier, immigré, il vient à notre rencontre … Saurons-nous l’accueillir comme l’a fait le Christ, notre « premier de cordée » ?

 

 

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article