Osons aimer ! N’ayons pas peur !

Publié le par Paroisse Leguevin

Osons aimer ! N’ayons pas peur !

ANNEE A   .   33ème Dimanche du Temps Ordinaire   .   Léguevin  15 novembre 2020                                                 Période de confinement

Dans cette parabole, le maître est Jésus qui annonce son départ... Les serviteurs sont tous les chrétiens qui ont reçu des talents au sens des qualités personnelles, intellectuelles ou artistiques. Et ces dons qui sont en nous, nous les avons reçus comme des cadeaux de Dieu.

Comme tous les cadeaux reçus pour divers évènements de notre vie (comme un anniversaire), ceux de Dieu ne doivent pas être cachés au regard du monde, enfouis dans le silence de nos vies. Nous les avons reçus chacun « selon nos capacités ». De cela, nulle raison de nous chagriner : au contraire, le Seigneur nous connaît, Il sait de quoi nous sommes capables, et même si nous n’avons reçu qu’un seul talent, nous devons nous sentir comblés car cela nous suffit…

 

            Justement, intéressons-nous au dernier serviteur : nous lui ressemblons tellement ! Tout d’abord, il a agi par peur et comme l’affirme la sagesse populaire, « la peur est mauvaise conseillère ». Il a peur d’un maître qu’il imagine dur et âpre au gain, comme un maître du monde des affaires, alors que, ce maître étant Dieu lui-même, il ne devrait pas s’en inquiéter !

N’avons-nous pas nous-mêmes trop souvent peur de Dieu que nous prenons pour un juge sévère prêt à nous condamner et à nous envoyer « en enfer » si nous agissons mal ? Et cette peur nous paralyse jusqu’à nous empêcher de servir avec les talents que le maître nous a confiés. Nous restons recroquevillés en nous-mêmes.

 

            Regardons à présent les deux autres serviteurs : ils ont agi avec confiance et espérance. Ils se sont approprié les talents du maître comme s’ils étaient devenus les leurs, mais tout en restant toujours prêts à les lui rendre à son retour. La parabole nous enseigne donc que les affaires de Dieu sont devenus les nôtres, à, condition de rester toujours prêts jusqu’à la fin de notre vie à les rendre à leur auteur, Celui qui est à l’origine de tout et auquel tout doit revenir.

  • Faire fructifier les talents, c’est rendre plus belle la création qui vient de Dieu et plus rayonnant l’amour qu’Il a mis dans notre cœur.
  • Enterrer notre talent, c’est ne penser qu’à nous-même et avoir peur de travailler aux affaires du Royaume de Dieu.
  • Ce qui nous manque alors c’est la confiance en un Dieu qui nous aime au point de nous confier ses biens pour les faire fructifier, pour les faire grandir.

 

            Oui, pourquoi craindre ce Dieu d’amour ? Combien de gens aujourd’hui en sont restés à un Dieu sévère alors qu’Il est avant tout un Père qui nous aime et nous fait confiance ? C’est vrai que Dieu va nous juger mais avec amour, tendresse et miséricorde. Si nous avons une grande confiance en l’amour de Dieu, alors Il nous jugera avec grande bienveillance d’autant plus que nous aurons agi avec le meilleur de nous-mêmes tout au long de notre vie. Nous recevrons ce que nous attendons de Dieu : sa tendresse et son amour.

 

            Cessons d’être paresseux et d’avoir peur de Dieu. Qu’elle soit petite ou grande, nous disposons tous de la capacité d’aimer. Osons aimer ! N’ayons pas peur !

Nous sommes tous des enfants de Dieu, des enfants de l’Amour avec un grand A ! C’est dans la mesure où l’amour est partagé qu’il grandi et s’épanouit !

Réjouissons-nous d’entendre Dieu nous accueillir à la fin de notre vie terrestre en nous disant : « Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton Seigneur. »

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

 

Nous approchons de la fin de l’année liturgique et l’évangile de ce jour oriente nos regards vers la fin des temps. La parabole du maître, qui confie ses talents à ses serviteurs avant de les quitter, nous invite à faire fructifier ce que nous avons et ce que nous faisons. Réjouissons-nous de savoir que ces talents portent beaucoup de fruits si on agit avec la sagesse de Dieu.

En ce dimanche du Secours Catholique, nous sommes ainsi invités à nous comporter dans la fidélité au Christ : généreux et dynamiques.

Vous pouvez adresser vos dons au Secours Catholique Ariège Garonne 56, rue Périole 31500 Toulouse.

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article