Qui est-il donc ?

Publié le par Paroisse Leguevin

Qui est-il donc ?

ANNEE B / 12°Dimanche du Temps Ordinaire. Léguevin. 19 et 20 juin 2021

 

La page d'évangile intitulée habituellement « la tempête apaisée » a le caractère concret du reportage vécu sur le vif. C'est le coup d'oeil de Pierre, patron de la barque, qui nous est raconté ici à travers son secrétaire, Marc.

Mais ce n'est pas d'abord pour nous renseigner sur un événement qui est arrivé, un jour, il y a longtemps, sur un petit lac lointain. Ce récit nous est proposé pour éclairer une réalité actuelle.

C'est aujourd'hui que le monde est traversé par des vents violents : crises sanitaires, économiques ou politiques, guerres entre nations, dans les familles ou dans les cœurs, doutes et désespoirs.

Et, collectivement, la barque Eglise semble faire eau de toutes parts : tempête sur l'institution familiale, tempête sur l'emploi, tempête sur la morale... tempête sur la diminution de la pratique religieuse, tempête sur les vocations sacerdotales, religieuses....

 

Face à tout cela, nous avons peur comme les apôtres. Ballotés par les vagues de la mer, ils laissent apparaître leurs tempêtes intérieures et se demandent pourquoi le Seigneur reste indifférent à leur sort. Pour nous, aussi, pendant nos tempêtes humaines, Dieu semble dormir. Nous nous sentons souvent impuissants, menacés par toutes sortes de forces de mort, et Dieu semble ne pas intervenir. C'est comme s'il n'existait pas. Pourtant nous disons dans notre Credo que nous croyons en Dieu « le Père Tout‑Puissant ». Et nous découvrons l'apparente faiblesse de Jésus qui dort, fatigué, la tête sur le coussin, à l'arrière... nous découvrons l'apparente faiblesse du Tout‑Puissant qui va se dresser debout pour apaiser la mer en furie...

 

Mais avant cela, il nous faut écouter une phrase dure de Jésus : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » C'est un des thèmes de l'évangile. Jésus ne cesse de reprocher à ses contemporains, et à ses disciples eux‑mêmes, de manquer de foi !  A chacun d'entre nous, il pourrait dire tout simplement :

 

Mon ami, tu crois que je dors !  Je suis là, la main tendue vers toi, attendant que tu veuilles la saisir. Je marche avec toi sur ta route et tu ne me vois pas, Je te parle et tu ne m'entends pas; tu es trop occupé à t'éloigner de moi et tu ne comptes que sur toi. Va, chasse tes doutes et ta peur. Crois, ouvre ton coeur à l'amour infini que j'ai pour toi, à la paix que je te donne. Alors les flots s'apaiseront et tu iras autrement dans le monde, porteur d'espoir et de lumière. Et tu verras le monde comme moi : avec amour, pour l'éternité.

 

 

            Chacun de nous devrait entendre ces paroles de Jésus, les méditer. Ainsi fortifié dans sa foi, chacun pourrait reprendre les paroles de Saint Augustin qui, au 5° siècle, à une époque pleine de soubresauts pour l'Eglise, écrivait aux chrétiens d'Afrique du Nord :

 

"*Quand on dit que Dieu dort, c'est nous qui dormons.*Quand on dit qu'il se lève, c'est nous qui nous nous réveillons. *Ta barque, c'est ton coeur. *Et Jésus dans la barque, c'est la foi dans ton cœur. *Si tu te souviens de ta foi, ton coeur n'est pas agité, mais si tu oublies ta foi, le Christ dort et tu risques le naufrage".

 

            Cette foi, nous l'avons reçue au jour de notre baptême ! Mais qu'en avons‑nous donc fait ? Où sont nos bonnes résolutions attachées à notre profession de foi ou à notre confirmation ? Qu'avons‑nous fait pour entretenir cette vie divine en nous ?  Où en sommes‑nous au niveau de notre prière personnelle, source de notre rencontre avec le Christ ? Où en sommes‑nous au niveau de la réception des sacrements signes de la présence du Christ en nous ?

 

Retenons de l’Evangile de ce jour que, même s’il semble parfois endormi, le Christ ne nous abandonne pas. Son amour nous permet de surmonter les cyclones de l’existence. « N’avez-vous pas encore la foi ? » nous demande-t-il. Quelle sera notre réponse ?

 

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article