Révolte … ou… Foi qui sauve !

Publié le par Paroisse Leguevin

Révolte … ou… Foi qui sauve !

ANNEE B / 13° Dimanche du Temps Ordinaire. Léguevin  26 & 27 Juin 2021

 

Devant des morts tragiques, devant la mort d'une enfant comme cette fillette de douze ans dont parle l'Evangile, nous sommes tentés de nous révol­ter, de nous mettre en colère en disant : « Non! Vraiment, ce n'est pas juste ! " Mais nous révolter contre qui, contre quoi ? Contre Dieu ?

     Sachons‑le bien, Dieu le premier, devant toute souffrance, a le coeur qui saigne comme le nôtre, avec le nôtre, autant que le nôtre ! Oui, com­ment Dieu, le meilleur des pères, accepterait‑il d'un coeur insensible de voir ses en­fants souffrir ? S'il faut vraiment nous révolter, cherchons ailleurs et non du côté de Dieu !   

 

  • Je me révolte contre moi‑même et contre l’humanité.
  • Je me révolte contre les négligences ou imprudences humaines qui provoquent les catas­trophes.
  • Je me révolte contre nos légèretés, contre nos folies, contre nos aveuglements qui n'ont pas su voir ce qui se préparait.
  • Je me révolte contre la bêtise et la méchanceté humaines, contre les accidents de la route, contre les guerres qui sont à l'origine de tant de souffrances et de deuils, contre le racisme et les injustices économiques qui provoquent tant de haines et de misères.
  • Je me révolte contre l'incompréhension et l'irresponsabilité dont nous faisons preuve souvent dans la vie professionnelle, dans la vie familiale ou dans l'éducation des enfants.
  • Je me révolte contre un système économique international qui enrichit toujours plus les pays déjà riches et réduit à la famine les pays déjà pauvres.

 

    Quand je lis l'Evangile, je vois que Jésus lui-même ne pouvait pas rester insensible devant les souffrances et les deuils des gens. Quand il pleure son ami Lazare, mort depuis 4 jours, c'est Dieu lui‑même qui pleure et qui souffre avec nous. Car Dieu, selon la 1°lecture, notre Dieu « ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants, il les a créés pour qu'ils subsistent ... Dieu a créé l'homme pour l’incorruptibilité. »

 

            Dieu nous appelle à partager un jour sa vie et sa joie éternelles. Et alors, toutes nos aspirations seront comblées et satisfaites, bien au‑delà de ce que nous pouvions imaginer : ce sera la Vie en plénitude, la Vie et l'amour sans limites, où nous retrouverons tous ceux et toutes celles avec qui nous aurons tissé des liens ici‑bas, liens transfigurés sous le regard de Dieu. Seulement voilà, pour cela, il nous faut passer par ce que nous appelons la mort terres­tre qui n'est qu'une étape dans notre montée vers Dieu.

 

      Chrétiens, nous savons que , tout au long de notre existence, le Seigneur nous appelle à aller sans cesse un peu plus loin dans la fidélité et dans l'amour des autres, et, par suite, un peu plus loin aussi dans le dépassement de nous‑mêmes, dans l'oubli de nous-­mêmes pour les autres. Dieu nous appelle à monter plus haut, à aller chaque jour un peu au‑delà de ce que nous pensions possible. Et la mort, c'est le dernier fil qui se détache, pour nous élancer vers l'Au‑delà éternel, vers le Dieu Vivant, source de toute vie et de tout amour.

            Il nous est donc important de regarder la mort terrestre avec un regard de foi, de nous laisser apprivoiser par la mort, « notre sœur la mort » comme disait saint François d'Assise.

Oui, la mort, c'est l'entrée dans la fête que Dieu nous a préparée et à laquelle il con­voque tous ses enfants. Ne disons pas : « Je suis condamné à mourir  »; disons plutôt : « Je suis invité aux Noces Eternelles ! » Quand Jésus parlait de sa mort prochaine, il disait : « Je m'en vais vers mon Père, je retourne chez mon Père. » Pour nous aussi, l'heure de la mort, c'est l'heure du retour chez notre Père pour les «  vacances éternelles »

 

      Apprivoiser la mort, c'est vivre notre vie d'ici‑bas en fonction de cette éternité qui nous attend, en fonction de tout ce qui peut servir à tisser notre « robe nuptiale ». Tout ce qu'il y aura eu de bon, de beau, de vrai dans notre existence terrestre; tous nos efforts pour la paix, la justice, la droiture, toutes nos décisions de pardon et d'amour .... sub­sisteront dans ce passage de la mort à vie éternelle !

 

 

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article