Pique-nique partagé !

Publié le par Paroisse Leguevin

Pique-nique partagé !

ANNEE B / 17° Dimanche du Temps Ordinaire. Léguevin. 25 juillet 2021

 

En ce dernier dimanche de juillet, certains d'entre nous s'apprêtent à boucler leurs valises pour partir en vacances, d'autres rentrent à la maison ; d'autres encore, et il ne faut pas les oublier, ne rentrent pas, ne partent pas, bref ne prennent pas de vacances. Quoiqu'il en soit, ce temps d'été, marque une étape dans notre année. L'évangile et le psaume d'aujourd'hui nous suggèrent quelques idées pour mettre à profit ce temps "entre deux".

 

Saint Jean décrit un immense pique‑nique improvisé avec l’équivalent de deux cents journées de travail pour nourrir la foule des participants. On peut, toutefois, s'étonner que, parmi ces gens partis de chez eux pour la journée, un seul jeune garçon ait emporté un casse‑croûte. C'est peu probable. Dieu a‑t‑il besoin, pour manifester sa présence, de provoquer des situations qui échappent à la vie courante ? Il n'est pas interdit de penser que Jésus, par la force de sa parole, a réussi à ouvrir non seulement les cœurs mais aussi les sacs et musettes de provision. De même, en randonnée, des animateurs voient avec joie des jeunes mettre en commun ce que chacun a apporté au lieu d'engloutir, chacun dans son coin, son propre repas. Les gens qui nous regardent vivre seraient étonnés que des disciples de Jésus, ne soient pas portés à partager.

 

Partager leurs biens. Que de problèmes seraient résolus, dans nos sociétés, si les possesseurs de cinq pains et deux poissons partageaient avec ceux qui n'en ont qu'un ou aucun.

 

Partager du bien à faire : une parole, un sourire, une visite, un coup de main, un coup de téléphone... rappelant que la fraternité est une richesse !

 

Partager son temps : temps de travail, temps de loisir, temps de la souffrance, temps de la joie aussi. Prendre le temps de sortir pour rencontrer l'autre.

 

S'il est important de sortir pour rencontrer les autres, il est aussi important de sortir pour rencontrer l'Autre avec un grand A, c'est‑à‑dire Dieu notre Père, comme le fait souvent le Christ. Ainsi, après avoir guéri les malades et rassasié la foule, Jésus « de nouveau, se retira, tout seul, dans la montagne ». Avant chaque moment important de sa vie, et jusqu'à la veille de sa passion à Gethsémani, les évangiles le montrent se retirant pour prier. Ces moments lui sont nécessaires comme à toute personne.

 

Ces temps où l'on se met en retrait de l'action permettent non seulement de se « reposer » mais aussi de se « re-poser », de se « re-positionner » dans nos activités diverses. Des vacances agitées ne remplissent pas leur premier but qui est de reconstituer ses forces, retrouver un équilibre, se recréer. Par contre des vacances calmes laissent le loisir de rentrer en soi, non pour se replier égoïstement, mais pour s'ouvrir à Dieu dans la méditation et la prière, en particulier la prière de louange. « Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâces » avons-nous entendu dans le psaume.

 

Les oeuvres de Dieu disent sa gloire si nous les regardons avec un regard d'adoration. Pas besoin d'aller au bout du monde. Le moindre coin de jardin, avec ses légumes et ses fleurs, est rempli de merveilles pour qui sait s'émerveiller. Le vol d'une hirondelle, la fleur des champs, les étoiles, le bruit du vent nous disent la puissance et l'amour de Dieu, si nous faisons effort pour les regarder et les écouter.

 

Seigneur, au moment de Te rencontrer dans l'Eucharistie, nous reprenons les recommandations de saint Paul aux Ephésiens : amour mutuel, unité dans l’esprit et vocation à une seule espérance… sans oublier la profession de foi en « un seul Seigneur[ …], un seul Dieu et Père de tous, au-dessus de tous, par tous, et en tous ».

 

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article