Servir, c’est prendre soin de la fragilité !

Publié le par Paroisse Leguevin

Servir, c’est prendre soin de la fragilité !

ANNEE C / 3° Dimanche de l'Avent. Léguevin. 11 et 12 décembre 2021

 

Les textes de ce dimanche dit « Gaudete ! Soyez dans la joie ! » avec la couleur rose de l’étole du prêtre, nous invitent à être au service de la joie de notre société qui en a tant besoin.

            Les textes d'aujourd'hui nous redisent que Dieu nous appelle à une joie inaltérable et infiniment belle, une Joie dont toutes les joies humaines ne sont qu'un pâle reflet.

 

  • C'est d'abord le prophète Sophonie qui, vers 600 avant Jésus Christ, parle à une époque difficile de crise religieuse et politique. Et nous l'entendons crier au peuple croyant : « Réjouis‑toi, de tout ton cœur bondis de joie ! » Mais pourquoi se réjouir alors que tout va mal ? « Ne crains pas ! dit‑il, ton Dieu est en toi ... qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse ». Cette exhortation nous la connaissant bien avec les messages de nos derniers papes : « Ne craignez pas ! »
  • Le Cantique d’Isaïe (faisant office de psaume) prolonge le joyeux message de Sophonie et anticipe celui de Paul.  
  • Saint Paul, dans les années 49-50 après J.C., écrit aux Philippiens alors qu'il est en prison et qu'il a connu toutes sortes de problèmes. Or cette épître est presque une hymne à la joie : « Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; je le redis : soyez dans la joie. »  Mais pourquoi donc ? Parce que « le Seigneur est proche ». Alors quoiqu'il arrive, ne soyez pas inquiets ! Gardez votre sérénité ; que la paix de Dieu qui vous aime bien au‑delà de tout ce qu'on peut imaginer, remplisse votre coeur et votre esprit. Ce que le pape François nous dit « La joie de l’Evangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus ». (La joie de l’Evangile n° 1)
  • Enfin l'évangile de Luc datant des années 80-90, nous dit que « le peuple était en attente » du Messie, comme nous sommes en attente de Noël. Le Messie, Jésus, c'est Dieu‑avec‑nous, c'est l'Emmanuel qui vient se faire semblable à nous et qui vient nous remplir de sa joie. Ce que le pape François reprend dans « La joie de l’Evangile », la « Joie de l’Amour »  et la « joie de la Sainteté »

 

          Car le vrai Dieu révélé par Jésus, ce n'est pas une sorte de bienfaiteur qui se pencherait vers nous du haut de son ciel. Ce n'est pas un Dieu lointain ! Au contraire, c'est un Dieu qui vient partager notre vie, nos joies, nos peines, nos souffrances : il se fait solidaire de nous pour que nous devenions solidaires de tout ce qu'Il est. Dieu s'humanise pour que l'homme se divinise !

 

          Il voudrait nous associer à ses propres joies dont celle de pardonner et d'accueillir celui qui revient vers lui : " Il y a plus de joie dans le coeur de Dieu pour un pécheur qui se convertit que pour 99 justes qui n'ont pas besoin de se convertir !" (Luc 15/7) Et Jésus lui‑même voudrait que nous découvrions cette joie d'accueillir, de pardonner, de se réconcilier. Tout au long de sa vie, il ne cessera d'agir en ce sens. Il fut heureux de vivre, heureux d'aimer les foules, heureux de donner sa vie pour elles.

 

          Jésus voudrait nous initier à cette joie de sauver, de redonner espoir et vie à ceux qui, autour de nous, n'ont plus confiance en rien,

 

  • joie de s'engager avec les autres contre le mal de ce monde...
  • joie de contribuer selon nos possibilités à mettre autour de nous un peu plus d'amour et de solidarité fraternelle, en accueillant l’autre, l’étranger ou l’immigré en tant que frère …
  • La Joie de Dieu et notre joie, c'est d’ouvrir nos cœurs pour marcher ensemble ! C’est s’asseoir pour écouter ! C’est Marcher dans l’Espérance ! C’est servir et prendre soin de la fragilité de ceux que nous rencontrons !

         

          Dans notre ensemble  paroissial du Courbet, cette semaine nous sommes invités par le Pape François :

« La solidarité se manifeste concrètement dans le service qui peut prendre des formes très différentes de s’occuper des autres. Servir, c’est en grande partie, prendre soin de la fragilité. Service signifie prendre soin des membres fragiles de nos familles, de notre société, de notre peuple. » (Pape François. Fratelli tutti n° 115)

              Faisons nôtre cette prière : « Seigneur, en ce temps de l’Avent, apprends-nous à rester disponibles en acceptant l’autre tel qu’il est. Parfois un simple sourire ou un geste accueillant permet aussi de réchauffer les âmes les plus blessées. Ayons une oreille attentive, une humble présence sans rien attendre en retour. »

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article