20 Mars 2011 : Un Dimanche vécu Autrement

Publié le par Paroisse Leguevin

Dimanche autrement 01

 

 

Dimanche-autrement-02.JPG

Ce dimanche 20 Mars, en paroisse, nous avons vécu un "Dimanche autrement"

C'était, pour tous ceux qui étaient présents, une belle journée, riche en convivialité et en partage à commencer de bon matin (10h) par

  • l'accueil devant l'église avec café, sourires et bonjours...sous un soleil déjà radieux! 3.jpg
  • puis la célébration s'est ouverte avec des chants et lectures 
  • les enfants se sont ensuite dispersés dans les salles ... Ils étaient nombreux à participer à cette journée : Les plus jeunes ont expérimenté le jeu  des  Bâtisseurs pour découvrir que les choses se font plus vite en s'y mettant à plusieurs et les plus grands ont découvert la vie d'Albeiro Vargas, le petit saint de colombie et ont réfléchi à: comment être solidaire dans la vie de tous les jours, là où nous vivons...
  • Et les adultes sont restés dans l'église pour discuter, à partir d'un texte " La misère du monde me submerge", de leurs appréhensions, de leurs peurs, de ce chemin qu'il faut sans cesse ouvrir pour accueillir l'autre: simplicité, sourire, douceur, amour sont des mots à "pratiquer"  chaque instant pour vivre "le bonheur d'être ensemble et de croire en l'amour" comme nous l'avions chanté à la fête des peuples le 16/01 dernier!

6.jpgAprès la messe, tous ceux qui le pouvaient se sont retrouvés au foyer rural pour l'apéritif et partager ensuite un copieux repas! 

 

5jpg.jpgL'après-midi autour d'un café-débat, des représentants de plusieurs associations* de Léguevin ont montré la vraie richesse de notre ville à travers le formidable travail d'aide à la personne en souffrance, de service bénévole, d'accueil à toute personne isolée et de don bien au delà de nos frontières... 
  

 

Pour cet échange, nous voulons remercier ch aleureusement 

  • Michel Rivard présentant l'association Montplaisir et le service de navette vers le centre commercial
  • Anne-Laure Sacco relatant les liens inter générationnels, culturels...générés par la Maison des quartiers,
  • Ghislaine Rodriguez présentant l'association VMEH et les bénévoles visitant les malades hospitalisés, 
  • Aline Vaglienti rappelant l'association. Bane Nakham,
  • Caterina Martinelli ancienne présidente du don du sang, rappelant les investissements personnels de chacun dans des associations pour l'éducation des enfants, les mal logés etc..

Leur action nous invite à nous engager nous aussi à bâtir un monde  plus fraternel.

*Des dépliants présentant leur association sont disponibles au fond de l'église


Et pour terminer par un clin d'œil : " vivement dimanche"...autrement!!


 

Partages autour du texte : "La misère du monde
me submerge"

Cliquer ici accéder au texte

 4.jpg
Je suis comme Kevin : je n'arrive pas à donner de l'argent à un mendiant dans la rue. Mon action solidaire consiste à parrainer un enfant en Asie.


Faim de pain, faim de travail, faim d'avenir, faim d'attention, faim d'amitié :  Moi, cela m'interpelle : à quelle faim ai-je envie de répondre ? De quel pauvre je me sens le plus proche et quels sont les talents que je peux activer pour lui apporter le pain dont il a besoin ?


  2.jpg  Moi, je comprends bien ce SDF dont il est question dans le texte. Je me reconnais en lui. Je suis d'origine étrangère et le regard des gens sur moi me montre que je les dérange. 

  Nous sommes tous les 2 à la maison, les enfants sont partis. Nous aimerions accueillir quelqu'un qui a des difficultés pour se loger. Mais comment nous y prendre ? N'est-ce pas risqué ?   1.jpg

 

La misére du monde ne me submerge pas, la beauté du Monde me submerge, la misère nous accompagnera jusqu'à la fin du monde, comme il est dit dans l'Évangile, car la misère fait partie de la vie. Ce qui me révolte par contre c'est le péché du monde.

Je fais partie de l'association Foi et Lumière, initiée par Jean Vanier. Une fois par mois, je participe à une rencontre avec des familles ayant un enfant atteint d'un handicap mental.

 

Pour moi, la solidarité, je la vis d'abord avec ma famille. J'ai des enfants, des petits enfants et c'est important d'être présent pour les accompagner dans les moments difficiles

 

Un jour un mendiant me demande une pièce, je lui donne la seule que j'avais dans la poche : une pièce de 20 centimes de francs. Quand je ressors du magasin, il vient vers moi en colère car la pièce que je ne lui avais pas assez donné. Depuis, je ne donne plus.

 

 

Moi, je donne toujours une pièce aux pauvres dans la rue. Même s'il fait le choix d'aller boire un verre avec cet argent là. Accepter qu'il utilise mon don comme il le souhaite; c'est sa liberté.

 

"Ce texte a mis en lumière toutes les émotions et comportements que nous pouvons avoir face  à la misère, mais surtout la peur"

Albeiro a commencé tout seul. Il suffit de commencer quelquechose ... Oser dire que l'on fait des choses qui rendent service Pensons à la solidarité du coeur. C'est la misère du monde du 21ième siècle

 

  Quelques photos-souvenir - CLIQUER ICI ...

Publié dans Fetes de la Paroisse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article