Etre en vie...

Etre en vie

 

A huit heures du matin, un samedi,

Se laisser étonner par le gazouillis des oiseaux

En ouvrant les volets... oh, il fait beau !

Et soudain décider de partir marcher,

Dans le bois d'à côté, au bord de l'eau,

Dans le silence des maisons endormies.

 

M'engager sur le chemin, sous les grands arbres,

Oser en sortir, marcher dans l'herbe mouillée des dernières pluies;

M'approcher du ruisseau, écouter le bruit de l'eau,

Serpenter comme le Courbet, écouter encore le chant des oiseaux...

Un corbeau, un pic vert... soudain une envie

D'apprendre à les reconnaître...

Que c'est bon de renaître au petit matin ;

Les oiseaux sont mes maîtres car, sans fin,

Leurs gazouillis m'appellent à la vie


 

Scruter dans le paysage

Les fleurs annonçant le printemps.

Là, dans le sous bois, les violettes nouvelles...

Me pencher, cueillir la plus belle,

Son parfum me fait remonter le temps.

Marcher lentement, avec le silence pour ami,

Prolonger le chemin, dire merci à la Vie

 

Amorcer le retour, m'enfoncer dans la boue,

Avoir le souffle court, le coeur fait la moue.

Retrouver le goudron au milieu des maisons;

Déjà au loin, la fumée de notre cheminée...

Revenir en vie dans la chaleur du foyer.

 

Béatrice

ruisseau.jpg