Florian nous invite à l’Essentiel

Florian.jpgNous connaissons tous Florian, animateur liturgique dans notre paroisse.  

Mais qui savait qu’il est aussi compositeur ? Guitare, harmonica, chant… tous ses dons sont activés pour partager avec nous la foi qui habite le fond de son cœur.  

Les titres de son CD, dont certains que l'on peut écouter sur MySpace,  nous « Invitent à l’Essentiel et à toucher le ciel» et à nous tourner vers le Seigneur dans nos solitudes et nos angoisses, car Lui seul est toujours là (« Je n’ai que Toi »), bien présent.

 

Des chansons qui nous dévoilent l’intimité d’une relation à Dieu et  nous invitent à être missionnaires « Christ n’a que nous » et « Nous ne pourrons jamais plus nous taire »….

 

Son CD date de 2005… A quand le prochain album

Florian nous raconte son parcours de musicien…

 

A l'exception de cours de flûte à bec à l'âge de sept ans, j'ai commencé la musique à seize ans avec la guitare lors des pique-niques-bœufs qui suivaient les réunions de préparation à la confirmation. J'ai ensuite rejoint l'orchestre des jeunes pour l'animation des messes de ma paroisse qui nous impliquait beaucoup (je pratique donc l'animation liturgique depuis la moitié de ma vie) ; nous étions alors dix musiciens en moyenne (dans une paroisse rurale à une heure de toute grande ville avec deux prêtres pour cinquante-deux clochers : le dynamisme d'une paroisse n'est pas le seul effet de ses prêtres !).
A côté de cela, j'ai écrit et composé assez tôt en raison des difficultés à avoir des partitions nouvelles en milieu rural (Internet n'existait pas) et par besoin de créer ce que  je ne trouvais pas dans ce que j'entendais autour de moi tant au plan musical que des textes. C'était encore du chant profane, le religieux est venu avec l'animation en aumônerie et notamment les rentrées. Celles-ci étaient des journées thématiques avec les jeunes et deux années de suite, j'ai fourni un chant de rentrée sur le thème.
Cette expérience et les grâces de l'Esprit Saint reçu à ma confirmation m'ont ensuite conduit petit à petit à consacrer presque toute mon écriture à Celui qui me travaillait et me travaille encore.                                                                                                  

 

Le contenu de ce qu'il chante
A l'époque, le chant religieux se résumait à Jean-Claude Giannada. J'ai eu assez vite envie de faire quelque chose de plus personnel avec une musique bien à moi et des textes plutôt axés sur l'intériorité que la louange. La découverte des enregistrements de frère Pierre Eliane – carme que j'ai eu la surprise de trouver en arrivant à Toulouse – m'a beaucoup conforté dans cette voie. J'essaie d'exprimer dans mes textes ma rencontre avec Dieu, mes découvertes ou encore à me noter des rappels à l'ordre.
Il y a aussi des textes que – bien que je les ai écrits de ma main – je sais n'être pas l'auteur, je les ai reçus. C'est le cas de Je n'ai que Toi. J'ai aussi mis en musique les prières des autres (Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, Charles de Foucault, Saint Bernard, Marie Noël...) ou des psaumes qui ont une résonance en mon cœur.

 


Le CD
Il s'agit en fait de mon troisième album. Les deux premiers sont en fait peu écoutables (capacités réduites du musicien, qualité faible de l'arrangement et enregistrement très rudimentaire). Ce fut d'abord une occupation pendant mes étés d'étudiant puis pour le dernier pendant ma recherche d'emploi qui fut assez longue. Je suis régulièrement tenté d'enregistrer de nouvelles chansons mais cela demande beaucoup de temps car les instruments et les voix sont enregistrés un à un. La vie professionnelle change beaucoup la donne en termes de disponibilité et comme je suis devenu exigeant quant au résultat, seules trois nouvelles chansons sont enregistrées au bout de six ans.   


Les projets
J'ai un bon stock de chansons désormais. Il m'est arrivé d'en jouer une ou deux dans le cadre du CCU où j'avais été recruté comme aîné à une époque ou encore à quelques veillées à la paroisse étudiante avec le groupe de prière de Notre Dame de Vie (de spiritualité carme) mais rien de très formel.
J'aimerais lancer un projet de concert avec les jeunes de la paroisse ou du doyenné – je suis sûr qu'il y a des musiciens parmi eux – mais je n'ai toujours pas pris le temps de les approcher. 

 


Musique, prière et foi
La musique est pour moi le moyen de plusieurs choses.

 

  • Elle est tout d'abord celui de contourner mes limites de communication par un autre langage qui va porter un contenu plus difficile à exprimer avec des mots. Mes improvisations lors des offertoires en sont entre autres l'occasion. Il m'arrive aussi de faire chez moi une sorte de jazz chrétien en improvisant sur les chants liturgiques.
  • L'autre moyen que m'offre la musique est celui d'une communion. Quand j'accompagne la messe, j'essaye de poser la matière qui va lier l'animateur et l'assemblée dans une même prière, d'accentuer mon jeu afin que le contenu du chant soit vécu ensemble. Ce n'est pas toujours facile car certains chants me laissent sec mais il faut quoiqu'il arrive s'efforcer de faire Eglise par la musique dans ces cas-là. 

 

 

Pour écouter quelques titres de Florian : http://fr.myspace.com/florian.havidson

 

                    

                                                                              

 


 

 

 

 

 




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :