« Viens dehors ! Sors de ton tombeau ! »

 

ANNEE A / 05° Dimanche de Carême. Léguevin 05 et 06 Avril 2014

 

Jésus Christle Seigneur des Vivants, est allé au tombeau de son ami Lazare. Et du cœur de la mort, il fait renaître la Vie ! Une phrase retient notre attention : « Lazare ! Viens dehors ! Sors de ton tombeau ! »

 

Cette parole de Jésus résonne à travers tous les siècles. Elle demande à tout homme de ne pas rester enfermé, emmuré dans les oeuvres de la mort ! Cette parole est prononcée aujourd'hui sur notre assemblée pour faire resurgir en nous l'homme nouveau selon Jésus Christ. Homme nouveau, nous le sommes chacun depuis le jour de notre baptême. Plongés dans l'eau baptismale, plongés dans la mort et la résurrection du Christ, nous avons été identifiés à sa vie, pour que notre existence soit naissance à un monde nouveau. Par notre baptême, nous avons été habités par l'Esprit qui donne « la vie à nos corps mortels » selon l'expression de saint Paul aux Romains. Par l'Esprit Saint le Christ a été ressuscité, par ce même Esprit Saint nous ressuscitons à la vie nouvelle.

 

En ce 5° Dimanche de Carême, selon l’Exhortation du Pape François, nous sommes invités à « sortir vers les autres », à « sortir pour offrir à tous la vie de Jésus Christ » (§ 46.49) « Eclairés et affermis par l’Esprit Saint » (§ 50) nous allons à la rencontre du monde pour y susciter la Vie. Ainsi l'oeuvre confiée à l'Eglise, est d'ouvrir les tombeaux, d'ouvrir tout ce qui enferme l'homme dans l'oppression et la peur. Et si la faiblesse de nos moyens risquent de freiner nos initiatives, il peut être bon de réentendre la demande de Jésus: « Enlevez la pierre ». N'hésitons pas, Jésus nous donne la force d'intervenir car il est auprès de nous.

 

 Ouvrir les tombeaux, telle est la demande faite aujourd'hui par Jésus à chacun d'entre nous.

 

  • J'ouvre un tombeau si je lutte pour faire vivre et progresser le développement, la justice, la vérité...

  • J'ouvre un tombeau si je choisis de partager mes ressources avec les opprimés du monde, qu'ils soient lointains ou proches. Si je choisis de partager mes ressources : d'argent, de savoir, de culture, d'expérience, de foi, d’amitié, d’amour...

  • J'ouvre un tombeau si j'aide quelqu'un à sortir de sa déchéance ou de sa solitude, si je fais resurgir le goût de vivre à un désespéré...

  • J'ouvre un tombeau si je choisis d'entrer dans ce grand courant de solidarité internationale qui invite chaque peuple, chaque culture, à vivre sa propre identité unique, irremplaçable, et sa communion avec l'ensemble de l'humanité...

  • J'ouvre un tombeau si je réponds généreusement aux collectes organisées par des organismes de solidarité tels que le CCFD, Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement, ou le Secours Catholique...

  • J'ouvre un tombeau si je n'oublie pas mon proche voisin, celui de mon immeuble, de mon quartier, de mon lotissement… sans oublier les membres de ma famille : mon conjoint, mes enfants, mes parents...

 

De multiples gestes de solidarité se vivent déjà sur la commune et la paroisse aux quelles nous sommes attachés. Alphabétisation... Parrainages d'enfants de l'Inde, du Sénégal et d'ailleurs... Soutien du père Alphonse dans son ministère auprès des malades de la République Démocratique du Congo… Assistance amicale et spirituelle des personnes âgées dans la maison de retraite ou à domicile… Accompagnement des personnes hospitalisées à Purpan ou ailleurs… Entraide de quartier… et bien d'autres encore...

 

Gestes de solidarité connus ! Gestes de solidarité inconnus ! Peu importe, ils apportent toujours la même joie à celui qui donne et à celui qui reçoit. Et souvenons-nous de ce qu’affirme le Pape François : « Je préfère une Eglise accidentée, blessées et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu’une Eglise malade de la fermeture et du confort de s’accrocher à ses propres sécurités ». (§ 49)

Alors n’ayons pas peur, sortons pour ouvrir les tombeaux !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :