Confiance ! Jésus nous appelle !

Publié le par Paroisse Leguevin

ANNEE B / 30° Dimanche du Temps ordinaire LEGUEVIN.   27 et 28 Octobre 2018

 

 

Sortant de Jéricho à la suite de Jésus, une foule bruyante, partageant les préoccupations des uns et des autres à la lumière de ce que Jésus vient de dire ou de faire…

A la veille de la Toussaint, cette foule n’est-elle pas une bonne image de l’Eglise, en marche à la suite de Jésus ? Et pourquoi ne pas envisager que nous sommes dans cette foule ! Tout en marchant à la suite de Jésus, nous nous efforçons de faire en sorte que notre marche soit agréable.

 

Et voilà que du fossé surgit un cri, un hurlement ! Impossible de ne pas l'entendre. Un aveugle interpelle Jésus. Ce hurlement trouble les conversations et la bonne marche de cette foule. Les uns, absorbés par leurs problèmes continuent d’avancer. D'autres ont ralenti pour regarder.

Un hurlement ! Et si c'était nous qui l'avions poussé ! Ce hurlement, n’est‑ce pas :

 

  • le cri de tel peuple qui meurt de faim
  • le cri des chefs d’entreprise et des personnels menacés dans leur dignité et leur vie par la crise économique
  • le cri de ce couple en train de craquer
  • le cri des jeunes dans leur solitude au milieu des lumières et des bruits artificiels de la civilisation
  • le cri de tous ceux qui souffrent de la précarité, de l’isolement, de l’exclusion…

                                                                                                                                                                  

Le hurlement de cet aveugle c’est la clameur de tous ceux qui aujourd'hui cherchent un peu de lumière. Alors l’Eglise va‑t‑elle se laisser interpeller ? Peut‑on arrêter une colonne en marche pour un homme dans un fossé ? Ferons-nous partie de ceux qui interpellent l’aveugle pour le faire taire et éviter à Jésus de perdre son temps ?

 

Pourtant Jésus s'arrête et dit : « Appelez‑le ». Il aurait pu le faire lui‑même, mais des gens dans la foule ont accepté de quitter le cheminement de leur conversation pour répercuter l’appel de Jésus : « Confiance !  Lève-toi ! Il t'appelle. »

L'aveugle jeta son manteau, nous dit l’évangile. C’est de l’inconscience, car son manteau est sa seule protection contre le froid, la pluie et le vent, lui permettant de tenir au jour le jour. C'est une maigre sécurité mais c’est sa seule sécurité. Il l'abandonne et nous apprend qu’il n’y a pas d'acte de foi sans abandon de quelques‑unes de nos sécurités. Devenir croyant c'est entrer dans un monde nouveau..

 

 Face à l’aveugle Bartimée, Jésus lui demande : « Que veux‑tu que je fasse pour toi ? » - « Rabbouni, que je retrouve la vue ! » Cet homme est allé à l’essentiel. Il aurait pu demander une aumône, un mot de recommandation. Non, ce qu'il souhaite et nous avec lui, c'est :

 

  • voir clair dans le fouillis de nos désirs multiples et bien souvent secondaires aux yeux de Dieu
  • voir clair dans les « ficelles », les « magouilles » qui agitent les affaires de ce monde
  • voir clair dans tous les slogans qui nous intoxiquent en nous parlant de liberté
  • voir clair pour construire notre avenir, que nous soyons jeune ou moins jeune
  • voir clair dans les mécanismes de fonctionnement de notre société
  • voir comment ces mécanismes nous mettent du côté des gens à l'aise ou des pauvres sans avenir
  • voir les cheminements qui conduisent à un monde plus humain, plus juste pour tous  
  • voir la mission, la vocation que Dieu me donne en cette vie, que je sois prêtre, diacre, religieux, religieuse ou laïc.

 

« Rabbouni, que je retrouve la vue ! » Ce cri est une prière audacieuse car c’est un cri qui débouche sur un engagement à marcher à la suite de Jésus en abandonnant certaines de nos sécurités que nous croyons indispensables.

« Adieu » le fossé et le bord de la route !  « Bonjour » le risque de la responsabilité avec les autres !  .

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article