Aujourd’hui, cette Parole s’accomplit !

Publié le par Paroisse Leguevin

Aujourd’hui, cette Parole s’accomplit !

ANNEE C. 03° Dimanche du Temps Ordinaire. Léguevin. 22 et 23 Janvier 2022

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<
 

 

On oublie trop souvent que Jésus, durant toute sa vie, a assisté à l'office liturgique de son peuple comme un simple fidèle... non pas comme un prêtre‑célébrant d'aujourd'hui, mais comme un laïc de l'assemblée. Ainsi, Jésus, étant un pratiquant fidèle et régulier, « selon son habitude » se rend à l'office hebdomadaire à la synagogue de son village. Et, comme dans nos liturgies d’aujourd'hui, il fut invité à venir au pupitre – appelé aujourd’hui ambon - pour faire la lecture d’un passage du prophète Isaïe.

Comme on aurait aimé être là pour écouter le ton de sa voix, ses accents, les mots mis en valeur, le brin d'émotion qui peut‑être perçait quand il prononçait telle ou telle phrase le touchant davantage et présentant les caractéristiques de la mission qui lui était réservée.

 

D'emblée, dès le début de son Evangile, saint Luc nous présente Jésus comme le « messie des pauvres ». C'est un vrai discours-programme, repris du livre d'Isaïe, et qui décrit en belles images symboliques l'oeuvre à laquelle Jésus se sent poussé par l'Esprit Saint : Jésus est venu pour apporter le bonheur à ceux qui souffrent de toutes sortes de maux. Il s'adresse d'ailleurs à des villageois d'un des plus pauvres bourgs de Galilée, un coin perdu de l’Empire romain, jamais cité dans aucun texte, même de l’Ancien Testament. Une petite bourgade isolée, et ignorée, appelée Nazareth. Un hameau où vivaient seulement quelques dizaines de familles paysannes. « De Nazareth, peut‑il sortir quelque chose de bon ?», disait‑on par moquerie, dans les petites villes d'alentour. (Jean 1/46)

C’est à ces pauvres que Jésus prêche... une « année favorable » avec l'ouverture des prisons... la libération des opprimés... la guérison des aveugles. Comme à Cana dans l'évangile de dimanche dernier, Jésus s'engage donc « pour le bonheur » des hommes.

Nous-mêmes, quand nous venons vers Jésus, dans notre prière personnelle ou dans notre assemblée dominicale, ne mettons pas entre parenthèses nos blessures, nos points de souffrance intérieure ou physique, nos échecs. C'est précisément sur nos manques, nos pauvretés, que peut venir la « bonne nouvelle » du Sauveur et la miséricorde du Père. A la limite, si nous n'avions pas de manques, nous n’aurions pas besoin d'être sauvés.

 

En terminant la lecture biblique du prophète Isaïe, Jésus en fait l'homélie la plus percutante, et la plus courte. Elle tient en une phrase: « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Ecriture que vous venez d’entendre ». «Brève et évitant de ressembler à une conférence ou à un cours » comme le dit le Pape François dans son exhortation sur la Joie de l’Evangile, (Cf : Joie de l’Evangile § 138) le commentaire de Jésus consiste, tout simplement, à affirmer que le Message de Dieu n'est pas du bla‑bla‑bla, ni du verbiage théorique... mais une réalité concrète, qui va passer dans les faits, en s'accomplissant concrètement. A quoi servirait‑il de disserter longuement, de discuter ?

Jésus ne s'est pas contenté de répéter le message du vieux prophète, Il lui a donné vie en sa personne, en se mettant réellement au service des pauvres, des aveugles, des malades. Jésus est une         « Parole‑incarnée », une « Bonne-nouvelle accomplie », un message non seulement lu, mais vécu. Jésus, c'est un Évangile « en chair et en os », le Verbe fait chair ! Il a peu parlé, mais Il a beaucoup agi.

 

C'est le mot « aujourd'hui » qui est important dans l'homélie de Jésus. Dieu parle toujours au présent, et nous renvoie à notre actualité. La nostalgie du passé n'est que stérile regret. Les rêves futuristes sont souvent fuite irréelle.

Seul le présent est entre nos mains. Le Royaume de Dieu n'est pas pour demain: il faut s'y mettre dès aujourd'hui. Les signes du Royaume, les signes de la Présence de Dieu sont très simples : l'Esprit de Dieu est à l'oeuvre partout où il y a libération, pardon, miséricorde, lumière, joie, amour.

Et l'Esprit du Seigneur est sur nous aussi, en ce dimanche,

  • si nous répandons un peu de lumière dans les yeux aveugles de nos contemporains,
  • si nous aidons tel ou tel à sortir des esclavages qui l'emprisonnent,
  • si nous faisons de ce jour d'aujourd'hui un jour de bienfaits pour les quelques personnes que nous allons rencontrer.

           

            Aujourd'hui, la parole de Dieu n’est pas le récit de temps anciens, héroïques et révolus. Non, elle nous engendre, nous vivifie. Lisons-la, prions-la, prenons le temps de la méditer. Par elle, laissons-nous façonner et sanctifier !

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article