Confiance ! Sois sans crainte ! Avance au large !

Publié le par Paroisse Leguevin

Confiance ! Sois sans crainte ! Avance au large !

ANNEE C / 05° Dimanche du Temps Ordinaire. Léguevin 05 et 06 février 2022

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<
 

 

Aujourd’hui, dans les textes Jésus appelle. Il est question de vocation, mais aussi d’évangélisation, d’annonce du cœur de la foi.

           • La première lecture nous présente l'appel de Dieu au prophète Isaïe qui s'écrie : « Je suis un homme aux lèvres impures, au milieu d’un peuple aux lèvres impures.» je ne suis pas digne d'être appelé par Dieu. Mais purifié par un charbon brûlant, il se déclare prêt et résolu à porter le message de Dieu : « Me voici : envoie-moi. »

            • Dans la deuxième lecture l'Apôtre Paul se désigne lui‑même comme « un avorton ... indigne d'être appelé apôtre, après avoir persécuté l’Eglise de Dieu. » Il reconnaît, cependant, avoir été complétement transformé « par la grâce de Dieu »  lui donnant de devenir l’Apôtre par excellence des païens.

            • Luc, dans l'évangile, nous fait comprendre que Pierre prend conscience de la grandeur du Seigneur et donc de son indignité: « Seigneur éloigne‑toi de moi, car je suis un homme pécheur. » Rassuré par Jésus, il « laisse tout », avec ses compagnons Jacques et Jean, pour le suivre et devenir pêcheurs d’hommes.

              Ainsi, de tout temps à travers les siècles, l'homme est membre d'une humanité impure. Nous‑mêmes, purifiés par notre baptême, nous sommes toujours pécheurs limités dans notre capacité d'aimer, de croire, de dire notre foi et notre espérance. Nous nous sentons capables du meilleur comme du pire. Mais le Christ compte toujours sur nous.

              Rappelons‑nous l'attitude de Pierre et des disciples dans le récit de la pêche miraculeuse. Ils ont peur, parce qu'ils ne savent pas la puissance du Christ, parce qu'ils le connaissent mal. En fait, notre foi est souvent une connaissance d'un certain nombre de vérités, mais est‑elle vraiment une confiance en une personne que nous connaissons, que nous aimons plus que tout ? Quand le Christ dit aux personnes qu'il a guéries, ou à leurs proches « ta foi t'a sauvé » il est clair qu'il parle de la confiance qu'on lui a faite, confiance parfois naïve, toujours simple et dénuée de tout calcul.

La foi chrétienne est confiance en Dieu. Cette confiance est notre force. Au‑delà de nos doutes sur nous-mêmes, nous savons bien que si Dieu nous appelle à son service et au service de nos frères, c'est lui qui agira par nous. Nous sommes ses bras, son cœur, sa voix.

La plupart du temps, c'est l'Église qui nous appelle par la voix d'un prêtre, d’un diacre, d’un religieux ou religieuse… par la décision d'une communauté de croyants… par la constatation de souffrances à soulager, etc… Il y a tant de solitudes à briser, de souffrances à soulager, de désespoirs à consoler ! Il y a tant d'appels de l'Église à participer à ses services et à ses mouvements ! Il y a tant d'associations qui ont besoin de nos bras et de nos cœurs.

Aujourd'hui, l’Eglise nous rappelle que tout homme est aimé de Dieu. Mais, tous, nous avons besoin les uns des autres pour cheminer vers Dieu, pour « synoder» et vivre en chrétiens. Tous, nous devons nous prendre en charge et nous sentir responsables les uns des autres.

             Écoutons ces paroles du Christ dans la tempête: « Sois sans crainte ! » ou encore au bord du lac avec les pêcheurs découragés ! «Avance au large !» et laissons‑nous emporter par la confiance, nous ne serons pas déçus.

Il nous appelle tous, parce qu'il sait que, si nous sommes capables du pire, nous sommes aussi capables du meilleur, avec le secours de sa grâce. Cette grâce que nous recevons en venant à l'Eucharistie, au repas du Seigneur auquel nous sommes invités. Il nous connaît mieux que nous ne nous connaissons nous‑mêmes. Il sait mieux que nous, toutes les ressources et toutes les possibilités qu'il nous a données et que nous laissons dormir en nous.

          Grâce à Lui, avec Lui, et par Lui, nous sommes tous ensemble embarqués dans la même aventure... tous dans la même barque, celle de l'Eglise pour aller annoncer la Bonne Nouvelle de l'Amour de Dieu, à tous ceux qui nous entourent.

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article