Vaincre l’épreuve !

Publié le par Paroisse Leguevin

Vaincre l’épreuve !

ANNEE C. 1° Dimanche de Carême. Léguevin. 05 & 06 Mars 2022

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Dans le récit des tentations au désert, Jésus Fils de Dieu nous est présenté comme le vainqueur du diable, l’esprit du mal, qui cherche à entrainer l’humanité à sa perte. Il est notre modèle pour vaincre l’épreuve.

            Ainsi le peuple d’Israël, au désert pendant quarante ans, avait craqué lamentablement sous la pression de ses désirs de consommation. Il avait cédé aux sollicitations de l’idolâtrie, abandonné Dieu qui l’avait tiré de l’esclavage d’Egypte. Par contre, Jésus, lui aussi à l’épreuve du désert, est fidèle à la Parole et à l’Amour du Père.

 

Le récit des tentations de Jésus est un enseignement pour nous.

 

            Personne n’est à l’abri des tentations. Celles mises en scène dans l’évangile de Luc sont typiques de ce qui risque de nous détourner de Dieu et de notre vocation de fils et filles bien-aimés du Père.

  • Le désir de posséder nous incite à miser notre vie sur l’avoir, avec le danger de nous laisser dominer par l’attrait insatiable des biens, de l’argent et du plaisir, jusqu’à y perdre notre âme.
  • Le vertige de dominer nous incline à céder à la tyrannie du pouvoir, quand l’être humain pervertit l’autorité dont il est investi pour en faire un instrument d’écrasement de l’autre, au lieu de se valoriser dans le service.
  • L’ivresse de paraître et de parader jusqu’à la prétention d’être adoré, porte atteinte à la vérité de Dieu, seul adorable, et détruit la vérité de l’être humain en donnant du prix à ce qui n’en a pas. Les médias sont souvent la courroie de transmission de cette soif de paraître.

 

            Personne, si confirmé soit-il dans la foi, n’est à l’abri de la tentation. Elle survient insidieuse, au moment où on l’attend le moins. Elle se présente, attirante, sous les apparences du bien. Elle s’attaque à l’esprit, au corps ou à l’âme, et parfois au trois simultanément. Dans le monde où nous vivons, les sollicitations sont nombreuses et multiformes, dans le foisonnement des opinions, des comportements et des perversions en tous genres.

 

            La solidité victorieuse de Jésus épuisant « toutes les formes de tentations » nous apporte un puissant encouragement dans les luttes que nous devons mener pour rester fidèles au Seigneur et à sa Parole. Jésus a triomphé de la tentation, a vaincu l’épreuve pour lui et pour nous.

            Les tentations du désert atteignaient Jésus là où il était fragilisé dans son humanité : il avait faim après un long jeûne ; il n’avait pas d’autre pouvoir que celui du service ; il était seul, méconnu, dépouillé de toute gloire…

            Nous-mêmes, nous avons tous nos points faibles qui se situent au niveau des mauvaises tendances qui nous habitent : orgueil, avarice, luxure, envie, gourmandise, colère pu paresse. Nous avons tous une zone de fragilité, un défaut de la cuirasse que nous connaissons ou que nous ignorons. Tôt ou tard, le danger se présentera dans cette brèche !          

 

            Par trois fois, Jésus a contré le Tentateur en citant l’Ecriture Sainte. La Parole de Dieu a été son arme défensive. Il y a là une indication intéressante : lire, accueillir la Parole de Dieu et l’intérioriser… est une force, un rempart, un bouclier pour vaincre l’épreuve, face aux assauts du mal. S’appuyer sur la Parole de Dieu devrait être un réflexe naturel dans les moments d’épreuve et de danger. La Bible est un livre de Vie.

            « L’homme ne vivant pas seulement de pain », la Bible devrait être ouverte dans nos maisons et dans nos familles. A l’Eucharistie, aussi, soyons exacts au rendez-vous des lectures bibliques qui alimentent notre foi ! Un des efforts nécessaires de notre carême pourrait être de prendre l’habitude de « manger la Parole de Dieu »  (Cf. Ez 3,1)

 

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article