Dire la résurrection aujourd’hui !

Publié le

Dire la résurrection aujourd’hui !

ANNEE c / PÂQUES / LEGUEVIN /  17 Avril

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

 

L'évangile de ce dimanche de Pâques commence par ces mots : « le premier jour de la semaine ». Ces quelques mots traduisent bien la conviction de l'Eglise qui affirme que Pâques est bien un passage, un commencement. Pâques est le commencement d'un monde nouveau.  

    Aujourd’hui, nous célébrons Pâques dans une atmosphère d'inquiétude, d'incertitude, de doute, de peur, de tristesse … Nous ne pouvons pas proclamer le message de la résurrection sans tenir compte de la souffrance, de l'inquiétude de tant de gens aujourd'hui, bousculés par les guerres de toutes sortes à travers le monde. .

            Mais il y a dans cette fête pascale une affirmation qui peut nous mettre sur la voie : en célébrant la mort et la résurrection de Jésus, nous ne nous limitons pas à parler d'un événement ancien. Nous affirmons que nous voulons refaire ce que Jésus a fait.

           Refaire ce qu'a fait Jésus, n'est‑ce pas nous aussi accepter de risquer notre vie par solidarité avec nos frères, comme ont su le faire les médecins, les aides-soignants, les commerçants, les responsables de la sécurité, de la salubrité … et tant d’autres qui prennent le risque de « sortir pour d’autres puissent s’en sortir » 

Refaire ce qu'a fait Jésus, n'est‑ce pas accepter de faire mourir en nous tout ce qui s'oppose à l'avènement d'un monde nouveau ? Mais comment allons‑nous traduire cela dans le concret de nos vies ? Comment allons‑nous montrer que nous vivons « à l'heure où commence le premier jour de la semaine » ?

 

  • Dire la résurrection aujourd'hui, n’est-ce pas vivre au jour le jour en lien avec le Christ qui donne rendez‑vous à ses disciples en Galilée ! C'est le lieu de sa vie cachée, des trente ans de sa vie besogneuse dans l'atelier de Nazareth, au milieu de sa famille et de ses compatriotes. Aujourd'hui, pour nous, la Galilée c'est notre vie quotidienne ! Et c'est là que Jésus nous donne rendez‑vous !

 

  • Dire la résurrection aujourd’hui, n’est-ce pas poursuivre cet élan de solidarité entre tous, avec des gestes, des paroles jaillissant de tous les coins de France et du monde, signes forts de l’unité de notre pays autour du drame de la guerre !

 

  • Dire la résurrection aujourd'hui, n'est‑ce pas accepter de sacrifier quelque chose de ce que nous avons pour établir de nouvelles relations avec ceux qui souffrent afin de montrer que l'essentiel réside dans la communion que l'on peut instaurer entre les hommes ?

 

  • Dire la résurrection aujourd'hui, n'est‑ce pas aussi consentir à vivre autrement pour avoir le temps et la liberté nécessaire pour vivre avec Dieu dans un dialogue nourri par la prière et la méditation de l'évangile ?

 

  • Dire la résurrection aujourd'hui, n'est‑ce pas mener notre vie comme des gens qui sont sûrs que la vie présente n'est pas tout mais qu'il y a un avenir meilleur ?

     Quand je décide de rendre service à un voisin malade, quand je décide de mettre un appartement à la disposition des migrants, quand je garde les enfants d’un couple atteint par le covid,  quand je prends contact avec des personnes vulnérables et isolées, quand je fais les courses pour ceux qui, faute du temps donné aux autres, ne peuvent plus les faire… chaque fois que je me libère un peu de mon égoïsme ...

                                                   alors oui, je proclame la résurrection du Seigneur.

 

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article