Paix à chacun de nous !

Publié le

Paix à chacun de nous !

ANNEE C. 02° Dimanche de Pâques . Léguevin 23 et 24 Avril 2022

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Nous connaissons bien l’expression : « Etre comme saint Thomas »... Ridicule caricature, en fait, de celui qui adresse à son maître, une bien belle profession de foi se limitant à quelques mots : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

            Mais au cœur du message de ce dimanche, il faut accueillir ce qui, à trois reprises, revient dans l'évangile ! « La paix soit avec vous ! » Le Christ ressuscité donne la paix et se fait reconnaître par le don de sa paix. Au cours de la messe, le prêtre redit ces mots de la part du Seigneur. La paix apparaît ainsi, comme le don par excellence de Jésus à son Eglise et au-delà à l'humanité.

            Ainsi donc, la paix, d'abord, se reçoit de Jésus. Par nos seules ressources, il nous serait impossible de « faire la paix » : comme le pardon que, souvent, elle nécessite, elle est une capacité proprement divine. Sa source c'est l'Amour absolu et infini, la capacité d'aimer chacun comme il est et la volonté de bâtir le Royaume... La paix est comme le ferment de la communion, le terreau qui lui permet de naître et de s'épanouir.

            Oui, 1e Ressuscité nous apaise : il chasse définitivement de notre horizon le spectre de la mort, il établit tout homme dans sa dignité d'enfant de Dieu et lui confie une mission, il nous apprend la rencontre et le dialogue pour rapprocher peuples et nations.

 

            En accueillant sa paix, nous devenons capables, avec le Christ, de semer sa Parole d'amour... Prenons le temps de faire, cette semaine, un petit test personnel : suis-je, moi-même, dans la paix ? Est-ce que je me laisse habiter par la paix du Ressuscité ? Concrètement, 1à où je suis, comment faire grandir la paix ? Peut-être me faut-il commencer, cette semaine, par un petit geste ou une parole envers une personne avec qui la relation est difficile... Ainsi je pourrai vivre la Béatitude : « Heureux les artisans de Paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! »

 

            Aujourd'hui, nous avons entendu une autre béatitude « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! » Cette déclaration de Jésus à Thomas est à mettre au nombre des béatitudes. C'est peut-être la plus belle, puisqu'elle promet et offre le bonheur à ceux qui « croient ». Or, cette foi en Jésus est le point de départ décisif pour marcher à sa suite et pratiquer son art d'aimer...

            Souvenons-nous de ce qui s'est passé après la résurrection. Jésus se laisse voir par ses disciples, ce qui les remplit de joie. Il les comble encore plus en répandant sur eux son Esprit pour qu'ils répandent le souffle de la Paix et de la miséricorde de Dieu. (N’est-ce pas aujourd’hui le Dimanche de la divine Miséricorde !)

            Mais revenons à notre évangile ! Thomas n'est pas là ce soir-là, et le témoignage des apôtres ne réussit pas à le convaincre. Il veut voir, il veut toucher, il refuse de reconnaître le Ressuscité dans un fantôme. Jésus respecte sa démarche, et c'est lui-même qui lui propose de voir et de toucher : « Avance ton doigt et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté. ». Thomas alors proclame le premier acte de foi de l'Eglise : « Mon Seigneur et mon Dieu ! ». I1 reconnaît non seulement Jésus ressuscité, marqué par les plaies de la Passion, mais il l'adore comme son Dieu.

            Alors Jésus annonce que bientôt il ne se présentera plus à la vue des hommes, mais il faudra le reconnaître uniquement avec les yeux de la foi. Et il fait de cette foi une béatitude : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu !»

 

            Nous sommes invités nous aussi, aujourd'hui, à vivre cette béatitude, en pensant que nous sommes tous frères et sœurs « jumeaux » de Thomas dont le nom signifie « Jumeau ». Nous sommes bien souvent comme Thomas lorsque nous nous enfermons dans nos tristesses !

            Faisons confiance au Christ afin de semer avec courage l'Evangile du Christ Ressuscité qui nous a dit : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ! » Sachons dire autour de nous notre joie d'être chrétiens ! Soyons contagieux pour affirmer notre credo qui, aujourd'hui, pourrait tenir en ces cinq mots qui résument toute la foi pascale et baptismale : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article